• Épisode 1 :
    De douloureux souvenirs

     

                Dorémi se sentait très seule depuis le début de l’année. Les vacances d’été étaient terminées depuis longtemps et elle avait repris le chemin de l’école, dans un nouvel établissement. Ses trois meilleures amies étaient toutes parties de la ville. Seule Émilie vivait toujours à Misora, mais se rendait dans un autre établissement scolaire. Depuis, elle n’éprouvait plus aucune envie de retourner à l’école. Chaque pas qu’elle faisait dans ce nouvel établissement lui rappelait tous ces merveilleux moments passés en leur compagnie. Cela lui rappelait également l’enfance féerique qu’elle avait vécue.

    Quatre ans et demi plus tôt, l’enfance de Dorémi Harukaze fut soudainement bouleversée. Ce jour-là, elle était tombée sur une mystérieuse boutique qui avait alors attirée son attention : La petite boutique de magie de Maggie-Grigri. Charmée depuis toute petite par les histoires de sorcières, Dorémi, âgée à l’époque de huit ans, avait alors pénétrée dans la demeure. Mais, en apercevant la propriétaire des lieux, la petite fille comprit immédiatement que la personne qui tenait cette boutique était une sorcière. Elle transforma alors Maggie-Grigri en grenouille, suite à une ancienne malédiction qui transformait une sorcière en grenouille lorsqu’un humain la pointait du doigt en révélant ce qu’elle était. Afin de pouvoir retrouver sa véritable apparence, la propriétaire des lieux n’eut pas d’autre choix que de faire de Dorémi une apprentie sorcière, dans l’espoir qu’elle puisse devenir une véritable sorcière, une fois avoir réussi ses examens, et donc posséder suffisamment de pouvoirs pour lever le maléfice.

    Mais cette dernière, extrêmement gaffeuse, n’avait pas réussi à garder son secret bien longtemps. Ainsi, ses deux amies, Émilie Fujiwara et Sophie Senoo, découvrirent très rapidement la vérité et devinrent à leur tour des apprenties. Afin de poursuivre leur apprentissage, les trois amies avaient accepté de tenir la boutique de Maggie-Grigri, en la renommant Maho-dou. Ce fut en réussissant leur tout premier examen d’apprentie sorcière que Dorémi reçu Dodo, Émilie reçu Mimi et Sophie reçu Fifi, trois charmantes petites fées.

    Seulement, leur routine quotidienne avait brusquement été chamboulée quand Malicia, une sorcière rivale de Maggie-Grigri, était parvenu à s’emparer du Maho-dou. Les trois filles avaient réussi, non sans mal, à lui reprendre la boutique. Seulement, en conjurant les mauvais sorts de Malicia, elles avaient été surprises en plein usage de magie. Ce fut à partir de ce jour-là que Bibi Harukaze, la petite sœur de Dorémi, avait rejoint le groupe d’apprenties sorcières.

    Mais les filles avaient rapidement découvert qu’elles n’étaient pas les seules apprenties à Misora. Elles avaient alors fait la connaissance de Loulou Segawa, une jeune idole, dont sa tutrice sorcière n’était autre que Malicia, devenue elle aussi une grenouille peu après avoir perdu le Maho-dou. Les quatre filles, d’abord rivales, avaient fini par se connaître et avaient même passé leur dernier examen d’apprenties sorcières ensembles. Dorémi, Émilie, Sophie et Loulou avaient finalement réussi à obtenir leur boule de cristal.

    Mais Sa Majesté la reine du monde des sorcières confia une autre mission aux quatre amies : élever un bébé sorcière, un bébé royal destiné à monter sur le trône, que Dorémi avait nommé Flora. Flora Makihatayama s’était rapidement révélée être une jeune sorcière aux pouvoirs surprenants, causant à ses mamans bien du souci. Malheureusement, une grave menace s’était abattue sur le bébé.

    Plusieurs centaines d’années auparavant, l’ancienne reine du monde des sorcières, la sorcière Tourbillon, gouvernait son monde avant de tomber amoureuse d’un jeune humain pâtissier, George. Ne pouvant l’épouser en restant reine, elle avait décidé de renoncer à sa couronne. Ensemble, ils eurent un fils, Roy, qui était la prunelle de leurs yeux. Malheureusement, son mari décéda peu après, en tombant d’une falaise alors qu’il cueillait des framboises pour réaliser le gâteau qu’il avait inventé lors de sa déclaration d’amour à sa bien-aimée. Tourbillon avait alors élevé seule son fils, mais avaient été obligés de régulièrement déménager. Les sorcières vivant bien plus longtemps que les humains, les villageois remarquaient rapidement que Tourbillon ne vieillissait pas. Plus tard, Roy épousa une charmante jeune femme avec qui il eut sept enfants. Malheureusement, celle-ci fini par mourir en couche et Tourbillon éleva donc ses sept petits-enfants avec son fils. Seulement, plusieurs années après, les sept frères et sœurs ont finis par fuir leur grand-mère, souffrant des dires des voisins la concernant. À la mort de son fils, Tourbillon sombra dans une profonde tristesse. Elle condamna alors tous les accès permettant d’aller du monde des sorcières à celui des humains, avant de lancer la malédiction des grenouilles et de se réfugier dans la forêt des sorts où elle se fit oublier.

    Malheureusement, la puissance impressionnante des pouvoirs de Flora l’avait contrainte à réapparaître : Flora était capable de relier de nouveau les deux mondes, ce qui était impensable à Tourbillon. Elle lui avait alors jeté un sort, ce qui avait rendu la petite Flora gravement malade.

    Les filles avaient réussi à la sauver, en trouvant la fleur de l’amour suprême, seul remède existant contre le sortilège, et à faire disparaître la forêt des sorts. Mais, pour la récupérer, les filles avaient été contraintes de briser leur boule de cristal, les empêchant de prétendre au titre de sorcières officielles.

    Mais Sa Majesté, qui savait que Dorémi et ses amies allaient jouer un rôle très important dans le rétablissement des relations entre les deux mondes, leur donna une nouvelle mission : passer des examens de pâtisseries devant les six sorcières membres du Cénacle pour ensuite, si elles réussissent, pouvoir de nouveau devenir de vraies sorcières. Mais un problème était alors apparu : aucune des filles ne savaient réaliser des pâtisseries. Ce fut à partir de ce jour-là que les quatre amies se lièrent d’amitié avec une sixième apprenties sorcières, Mindy Asuka, revenant tout juste de New-York.

    Malheureusement, la forêt des sorts était réapparue. Et la petite Flora, alors pensionnaire aux Jardins d’Enfants des jeunes sorcières, avait été victime de la malédiction des légumes. La fillette refusait de manger des fruits et des légumes, aliments indispensables à la bonne croissance des sorcières. Dorémi et ses amies étaient parvenues à lever la malédiction de Flora, mais la menace pesait toujours sur elle.

    Sa Majesté avait alors eu une idée : apaiser le chagrin de Tourbillon. Elle avait donc demandé aux cinq apprenties sorcières, lors de leur dernier examen de pâtisserie, de retrouver la recette du gâteau que le mari de cette dernière lui avait préparé le jour où il l’avait demandé en mariage. Mindy s’était souvenu d’un gâteau qu’elle réalisait avec Mamie Gâteau, sa défunte sorcière tutrice de New-York : le tourbillon d’amour. Grâce à cela, les filles avaient réussi leur dernier examen. Malheureusement, une autre épreuve attendait les cinq amies. L’ancienne reine, souhaitant à tout prix éliminer Flora, avait hypnotisé la jeune Mindy qui fut contrainte de se rendre dans la forêt des sorts avec la petite fille. Dorémi, Émilie, Sophie et Loulou avaient alors eut beaucoup de mal pour désenvoûter leur amie. Mais lorsqu’elles y étaient parvenues, il était déjà trop tard : Flora était dans la forêt des sorts. Après de longues minutes de négociations avec une forme démoniaque de l’ancienne reine, celle-ci avait fini par accepter que les filles préparent le tourbillon d’amour. En le goûtant, Tourbillon avait alors été libérée de son étrange forme, mais restait profondément endormit dans une espèce de cercueil entouré par les fleurs du mal.

    Malheureusement, Flora, qui était retournée vivre au Jardin d’Enfants, refusait de quitter ses mamans et souhaitaient aller à l’école avec elle. Elle avait alors employé sa magie pour grandir et avoir un physique d’une petite fille de onze ans. Mais elle brisa ses petites boules de cristal, sans quoi, elle ne put plus utiliser la magie, ni même prétendre au titre de reine du monde des sorcières auquel elle était destinée. Sa Majesté avait alors cassé sa propre boule de cristal afin d’en donner des petits morceaux à sa petite protégée. Devenue une apprentie sorcière, Flora devait réussir tous ses examens afin de pouvoir de nouveau redevenir une véritable sorcière. Dorémi, Émilie, Sophie, Loulou, Mindy, et même Bibi, avaient donc pour mission de tout faire pour aider Flora.

    Mais une autre mission attendait les filles : réveiller l’ancienne reine, toujours profondément endormit. Elles avaient alors pour nouvelle tâche de recréer les sept cadeaux que Tourbillon avait offerts à ses sept petits-enfants. Malgré les difficultés rencontrées, la mission avait été une réussite. Tourbillon, réveillée et sortie de sa torpeur, avait levé la malédiction des grenouilles, avant de repartir vivre dans le monde des humains. Quant à Flora, elle était redevenue une véritable sorcière.

    Seulement, juste avant de partir en vacances, Dorémi, Émilie, Sophie, Loulou, Mindy et Bibi, qui venait elle-aussi de gagner son cristal, avaient décidé de renoncer à devenir des sorcières. Apprenties sorcières depuis quatre années, elles n’avaient pas souhaité abandonner le monde des humains, abandonner leur famille, abandonner leurs amis. Elles se souvenaient encore de la réaction de Flora lorsqu’elle découvrit ce que ses mamans avaient choisi.

    Émilie, pour la rentrée suivante, s’était inscrite à l’académie Karen, une école de musique située à Misora. Sophie était retournée à Osaka, vivre en présence de ses deux parents de nouveaux ensembles, avec son grand-père. Loulou était partie loin de Misora, dans une école spécialisée pour les enfants stars. Mindy, était retournée vivre à New-York, suite à la mutation de son père. Quant à Flora, elle était retournée dans le monde des sorcières en compagnie de Maggie-Grigri, également accompagnée de la charmante fée de cette dernière, Lala, et des sept petites fées des filles.

    Et aujourd’hui, Dorémi ne s’était jamais sentis aussi malheureuse de toute sa vie. Sa vie d’avant lui manquait énormément. Ses amies lui manquaient énormément. Le monde de la magie lui manquait énormément.

    Seule, rentrant de l’école, Dorémi ne faisait pas attention à ce qui l’entourait. Elle était perdue dans ses pensées. Pourtant, un bruit lui fit relever la tête. Non, ce n’était pas un bruit. C’était une voix. Une voix d’enfant. Elle se rapprochait de cette voix. Au fur et à mesure, elle commençait à distinguer les paroles que prononçait cet enfant. Non, il ne s’agissait que d’un seul mot. Un seul mot qu’il répétait sans cesse. Un seul mot qu’il criait en pleurant. En comprenant son sens, Dorémi s’arrêta d’avancer.

    - Maman ! criait la voix. Maman !

    Cette voix, Dorémi la reconnaîtrait parmi des milliers. Mais pourtant, c’était impossible. Oui, son imagination lui jouait des tours, c’était la seule explication. Mais ces pleures paraissaient si réels, si proches.

    Dorémi termina de parcourir la distance qui la séparait de cet enfant en courant. Elle tourna à l’angle de la rue avant de rester figée sur place. Elle n’en croyait pas ses yeux. Devant elle se trouvait une personne qu’elle avait côtoyée pendant quatre belles années. Devant elle se trouvait une personne qu’elle n’avait jamais imaginé pouvoir revoir. Vêtue d’une sorte de robe et de cape entièrement noires, avec un col violet pour la cape, cette personne possédait deux chignons sur le dessus de la tête, dont les cheveux se révélaient être d’un vert kaki foncé. Dos à Dorémi, cette dernière ne voyait pas son visage. Pourtant, elle était certaine de ne pas se tromper sur l’identité de cette personne. Devant elle se trouvait la Sorcière Maggie-Grigri, essayant apparemment d’arrêter une espèce de nuage noire avec de grands yeux violets terrifiants.

    Dorémi ne comprenait pas ce qu’il se passait. Elle ne comprenait pas non plus pourquoi Maggie-Grigri était revenue dans le monde des humains. Et elle ne comprenait pas non plus d’où provenaient ces pleures d’enfants. Son regard fut alors attiré par une forme qui tanguait sur le haut d’un mur. En la voyant soudain tomber, Dorémi plongea pour la rattraper. Cette petite fille de trois ans et demi n’était pas plus grande qu’un mètre. Elle avait de grands yeux couleurs noisette, et de jolis cheveux blonds brillants et courts, formant deux petites couettes de chaque côté de la tête, maintenues par deux petits chouchous roses munis d’une aile blanche chacun. Elle portait une tunique blanche parsemée de petites fleurs de la même couleur que ses yeux, dont le col se trouvait être de cette même teinture. Elle portait un short bleu en jean tellement court que sa tunique le cachait entièrement. Et elle était chaussée de petites tongs roses comportant une fleur de cette même couleur sur le dessus. Cette petite fille, Dorémi l’a connaissait bien, même si elle avait bien grandit depuis la dernière fois qu’elle l’avait vue. Cette petite fille n’était autre que Flora, pleurant dans les bras de Dorémi en lui tenant ses vêtements très forts dans ses poings.

    - Maman… Maman… Maman…

    - Flora… Oh Flora…

    Dorémi était tellement émue de revoir la petite Flora qu’elle en oublia Maggie-Grigri et cette chose étrange.

    - Chut… Allez, calme toi. C’est terminé Flora… Allez, arrête de pleurer.

    - Dorémi !

    Dorémi sursauta. Elle porta alors son regard sur Maggie-Grigri dont elle voyait enfin le visage. Ses yeux, comme ceux de la plupart des sorcières, étaient rouges, comme si elle était constamment en colère. Elle possédait un nez et des oreilles pointues. Et elle portait, autour du cou, un collier qui maintenait une grosse boule violette : sa boule de cristal.

    - Dorémi ! Prend Flora avec toi et allez vous mettre en sûreté !

    Mettre Flora en sûreté ? Mais pourquoi Maggie-Grigri voulait-elle mettre Flora en sûreté ? Dorémi l’ignorait. Mais Maggie-Grigri paraissait tellement occupée par cette chose que Dorémi partit aussitôt de cet endroit avec Flora. Où aller ? Elle ne savait pas. La seule chose dont elle était sûre, c’était qu’il fallait partir d’ici. En partant à toute allure, elle percuta une dame. Les cheveux roux très courts, elle avait de jolis yeux bleus et portait des lunettes rondes dont le contour était fin et gris. Elle portait un haut rose, avec une pierre verte au niveau du col, ainsi qu’une longue jupe couleur grise foncée. Il s’agissait de mademoiselle Coucou, son ancienne infirmière scolaire de l’école primaire.

    - Emmène Flora avec toi Dorémi, lui dit-elle avant de rejoindre Maggie-Grigri.

    Allant où ses jambes l’emmenaient, elle finit par s’arrêter de courir dans le parc de la ville. Dans ce parc, elle avait gardé beaucoup de souvenirs. Dorémi, Émilie, Sophie, Loulou et Mindy emmenaient souvent Flora dans ce parc pour la promener. Ici, elles avaient conseillé grands nombres de leurs amis. Elles avaient passé tellement de moments inoubliables. Dorémi emmena la petite Flora à l’intérieur d’un dôme servant de jeu aux enfants du quartier. Posant son cartable sur le sol, elle s’assit dans les feuilles mortes pour y bercer Flora, qui paraissait encore terrorisée. Elle ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi. Flora avait déjà été victime d’enlèvements, de malédictions. Mais pourtant, aujourd’hui, elle paraissait avoir vraiment très peur de quelque chose.

    - Maman… J’ai peur… Dorémi… J’ai très peur…

    - Tu n’as plus rien à craindre maintenant Flora. Je suis avec toi. Et nous sommes à l’abri. Mais raconte-moi Flora, qu’est-ce qui te fait aussi peur ?

    Mais Flora refusait de lui répondre. Elle paraissait néanmoins moins trembler. Peut-être que la présence de Dorémi la rassurait ? Peut-être que de sentir sa maman contre elle l’apaisait ?

    - C’est cette chose étrange qui te fait peur Flora ?

    - Cette chose est méchante avec moi.

    - Mais pourquoi ?

    - Elle est méchante.

    Dorémi n’insista pas davantage. Elle serra sa fille fort dans ses bras en espérant pouvoir la calmer totalement. Elle ne savait pas ce qu’il se passait. Mais si Maggie-Grigri était de retour dans le monde des humains et qu’elle avait demandé à Dorémi de partir avec Flora, alors c’était que le monde des sorcières avait de sérieux ennuis. Mais n’étant pas une sorcière et n’étant plus une apprentie sorcière, elle ne pouvait rien faire pour les aider. Elle se sentait très impuissante.

    Elle avait très envie d’aller rendre vite à Émilie, d’emmener Flora avec elle, et de passer du bon temps toutes les trois. Mais, si la vie de Flora était menacée, alors elle ne devait pas bouger d’ici. Son rôle, en ce moment précis, était de veiller sur Flora, et rien d’autre. Émilie le comprendra, elle en était certaine.

    - Maman… je ne veux pas que tu me laisses…

    - Je ne vais pas te laisser Flora. Je ne te laisserais jamais toute seule.

    - Je veux vivre avec toi. Je veux vivre avec Émilie. Je veux vivre avec Sophie. Je veux vivre avec Loulou. Je veux vivre avec Mindy. Je veux vivre avec mes mamans !

    - Flora, j’aimerais énormément vivre moi aussi avec toi. Mais tu sais, je ne suis pas une sorcière, et je ne suis plus une apprentie sorcière. Mindy est partie vivre en Amérique. Loulou voyage partout dans le monde. Et Sophie est retournée vivre à Osaka avec ses parents. J’aimerais beaucoup que tout redevienne comme avant moi aussi. Mais tu vois, c’est malheureusement impossible.

    - Mais je veux vivre à la boutique avec mes mamans !

    Dorémi serra davantage Flora contre elle.

    - Moi aussi Flora. Moi aussi.

    - Je vais casser ma boule de cristal et en donner un morceau à toutes mes mamans pour qu’elles deviennent des sorcières !

    - Non Flora. Je refuse que tu brises ta boule de cristal.

    - Dorémi, je suis reine du monde des sorcières maintenant, alors même si je ne gouverne pas encore le monde des sorcières, je peux…

    - Je le sais. Mais toutes tes mamans seront du même avis que moi Flora. L’année dernière, en voulant grandir pour aller à l’école avec nous, tu as brisé tes petites boules de cristal. Et tu ne pouvais plus faire de la magie. Mais si aujourd’hui, tu casses de nouveau ta boule de cristal, tu ne pourras plus exercer tes pouvoirs. Et donc, tu ne pourras plus être reine.

    - Je m’en fiche ! Je veux revivre comme avant, avec mes mamans !

    - La reine t’a demandé de lui succéder parce que tu es la seule capable de relier le monde des humains avec le monde des sorcières. Si tu n’es plus une sorcière, les deux mondes ne seront jamais reliés. Tu as vraiment envie de laisser les mondes tels qu’ils sont maintenant ?

    Flora ne répondit pas. Mais à cet instant, une brindille craqua tout prêt de l’endroit où se trouvaient les deux filles. Dorémi tenait bien fort Flora contre elle. Puis elle vit une ombre passer. Puis une autre. Était-ce ce qui menaçait Flora ? Où était-ce simplement des enfants qui venaient jouer dans le parc après l’école ? Dans le doute, elle se prépara à partir le plus rapidement possible.

    Un visage apparut dans un des trous de la structure dans laquelle Dorémi s’était réfugiée avec Flora. Puis un autre visage apparut. Et elle fut extrêmement soulagée en constatent que ces visages lui étaient familiers et qu’ils ne voulaient aucun mal à Flora. Car il s’agissait de Maggie-Grigri accompagnée de sa fée Lala et de mademoiselle Coucou. Lala ressemblait beaucoup à une femme miniature. Elle avait de longs cheveux blonds et ondulés. Elle était coiffée d’un haut chapeau pointu blanc, d’une sorte de justaucorps blanc, portant une pierre ovale et verte au niveau de la poitrine, d’un bas extrêmement large et transparent bien qu’il soit légèrement jaune. Deux longues mèches de cheveux, formant comme des antennes dirigées vers le sol, s’enroulaient en spirales aux extrémités.

    Mais Dorémi redevint soudain triste. Car elle savait que Flora allait devoir retourner dans le monde des sorcières. Elle savait qu’elle ne pouvait pas rester à Misora. Maggie-Grigri et Lala devront elles-aussi partir pour le monde des sorcières afin de veiller sur Flora. Cela, Dorémi l’avait accepté malgré elle en refusant de devenir une sorcière. Et même si elle ne regrettait pas ce choix, elle n’en était pas moins très malheureuse.

    - Dorémi, tenta mademoiselle Coucou. Merci d’avoir protégé Flora. Sans ton intervention, nous avions de gros risques de perdre la petite Flora et d’avoir énormément de mal à la récupérer.

    Ces quelques mots prononcés par son ancienne infirmière scolaire n’apaisèrent pas Dorémi qui serrait toujours Flora dans ses bras en regardant le sol. Le moment était venu pour elle de leur rendre la petite. Mais elle était incapable de bouger. Se séparer d’elle serait un nouveau déchirement.

    - Dorémi…

    Même Maggie-Grigri ne paraissait pas trouver les mots pour la réconforter. Malgré tout ce qu’elle avait pu dire aux filles durant ces quatre années où elle les avait pris en charge, Maggie-Grigri les appréciait beaucoup, et aujourd’hui encore, elle les appréciait autant. Cette séparation fut, pour elle aussi, très difficile. Et c’était pour cette raison qu’elle comprenait ce que pouvait ressentir Dorémi et qu’elle ne trouvait pas de mots pour la réconforter. Car aucun mot ne pouvait l’aider à surmonter cela.

    La fée Lala s’approcha de Dorémi :

    - Dorémi, je suis tellement heureuse de te revoir !

    Dorémi l’était également. Mais cela ne l’empêchait pas d’avoir mal au cœur en pensant à ses merveilleuses années qui étaient maintenant terminées pour toujours.

    Dorémi se redressa. Elle s’avança très doucement vers Maggie-Grigri. Elle serra Flora très fort contre elle, sans parvenir à retenir ses larmes. Elle termina par lui rendre Flora, juste avant de sortir en courant de la structure par une autre ouverture et de partir de cet endroit le plus vite possible.

    - Dorémi !

    Elle ignorait qui avait crié son prénom. Elle courrait, de plus en plus vite, en ignorant l’endroit où ses jambes l’emmenaient.

    Mademoiselle Coucou, Maggie-Grigri et Lala étaient restées au même endroit, avec la petite Flora dans les bras. Toutes les quatre, elles se sentaient très impuissantes. Flora se mit alors à pleurer, à appeler sa maman qui venait de partir en courant et en pleurant. Elles étaient tellement surpassées par les événements qu’elles n’essayèrent pas d’apaiser Flora. Elles ne savaient plus quoi faire.

     

     

    Épisode 2: Retrouvailles


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique