• Épisode 18 :
    Le retour de Loulou

     

                Dorémi, Émilie, Sophie et Mindy avaient refusé de rentrer chez elles. Flora, qui ne pouvait se passer d’utiliser sa magie, leur avait fait apparaître un lit chacune, afin qu’elles puissent se reposer aux cours de la nuit.

    Flora était aux anges. Depuis ce triste jour où elle avait dû retourner dans le monde des sorcières avec Maggie-Grigri, elle rêvait de pouvoir revivre avec Dorémi et les autres. Elle rêvait plus que tout au monde de pouvoir les revoir chaque jour. Elle rêve plus que tout au monde pouvoir grandir en leur présence. Et aujourd’hui, son rêve était enfin devenu réalité puisqu’elle avait toutes ses mamans avec elles. Et plus jamais elle ne voulait vivre loin d’elles. Plus jamais elle ne voulait être de nouveau séparée d’elles. Elle se promit de tout faire pour qu’elles restent à ses côtés.

    Le soleil se leva. Les cinq amies se réveillèrent progressivement. Sophie, qui fut la première à se lever, descendit préparer un somptueux petit déjeuner dont elle avait le secret. S’étant toutes couché le ventre vide, elles devaient avoir très faim. Elle fut rapidement rejointe par Mindy, la reine de la cuisine. Flora, qui avait réussi à garder sa taille de grande fille grâce à la magie de ses mamans, s’occupaient alors de Loulou avec Émilie. Quant à Dorémi, le réveil fut assez difficile.

    Et en fin de matinée, Loulou se redressa dans son lit. Ses amies étaient toutes comblées de bonheur.

    - Loulou ! Comment tu te sens ?

    - Je vais très bien. Merci de m’avoir amenée à la boutique et de vous être occupées de moi les filles.

    - Maggie-Grigri a appelé un médecin. Et on a dû lui avouer la vérité sur ton identité parce que ta santé était en jeu. Tu ne nous en veux pas ?

    Loulou rigola.

    - Bien sûr que non. Vous m’avez quand même sauvé la vie. C’est grâce à vous si je suis ici aujourd’hui.

    Les filles furent alors rassurées.

    - Mademoiselle Kiki et mademoiselle Coucou nous ont dit qu’elles passeraient prendre de tes nouvelles, lui expliqua Émilie.

    - Tiens, mange-ça. Un délicieux petit déjeuner préparé par nous-même, fait maison, lui dit Sophie en lui tendant un plateau contenant le repas.

    - Merci, c’est très gentil. Ça a l’air délicieux.

    - Les repas préparés par mes mamans sont toujours délicieux ! s’exclama alors Flora.

    Ce qui permit à toutes de rire de bon cœur.

    - Mais dit-moi Loulou, pourquoi ne voulais-tu pas retourner chez toi ? Tes parents doivent être drôlement inquiets ? lui demanda Dorémi.

    - Je sais, oui. Je pensais les appeler en arrivant à la boutique mais… j’étais bien plus fatiguée que je ne le pensais.

    - Tu nous as dit que c’était à cause des médias. Mais avec la magie, il nous aurait été facile de te faire rentrer chez toi discrètement, s’exclama Mindy.

    Loulou prit son temps pour lui répondre.

    - Ma vie est devenue un calvaire à cause d’eux. Je suis sans cesse épiée par les paparazzis ou les journalistes. Je ne parvenais plus à avoir de vie privée. Quand Sa Majesté nous a rendu nos pouvoirs d’apprentie sorcière, je devais obligatoire fermer les volets de ma chambre pour être certaine de ne pas être photographiée au moment où j’utilisais la magie. Même dans l’enceinte de mon école, ils étaient présents. Je n’avais jamais connu ça à Misora. Si je vous ai demandé de ne pas me ramener chez moi, c’est parce que je savais que ma disparition n’avait pas dû passer inaperçu. Et donc, je savais que des dizaines et des dizaines de journalistes devaient se trouver devant la porte de chez moi, prêt à questionner mes parents pour avoir un quelconque renseignement. Même si on aurait réussi à rentrer discrètement, ils auraient trouvé un moyen pour épier dans la maison. Et ils m’auraient forcément vu.

    Elle regarda alors ses amies.

    - Quand je vous ai demandé à venir ici, j’étais très fatiguée et j’avais vraiment besoin de me reposer. Et je savais que je n’aurais jamais pu me reposer aussi bien qu’ici si j’étais rentrée chez moi. Grâce à vous les filles, je suis de nouveau en pleine forme.

    - Et pour tes parents alors ? demanda Sophie.

    - Je leur dirais que je me suis enfuie et que j’ai pris le premier avion venu pour venir à Misora dans le but d’échapper aux médias. Mes parents ont gardé la maison qu’on avait dans cette ville, le déménagement se fera rapidement.

    - Alors… tu as vraiment l’intention de revenir à Misora ? demanda Émilie, les yeux brillants.

    - Oui bien sûr. Je ne me suis jamais senti aussi bien ici. Et puis… je dois bien avouer que je me sentais très seule là-bas sans vous les filles.

    - Et ta carrière d’actrice alors ? demanda Dorémi. Tu ne vas quand même pas l’abandonner ?

    - Bien sûr que non. Je rêve de devenir une grande star et je le deviendrais un jour. Ce n’est pas parce que je ne poursuis pas mes études dans cette école que je n’ai aucune chance de réussir. Et puis, je ne laisserais pas gagner les hommes qui nous ont enlevé.

    Dorémi lui sauta alors au cou :

    - Je suis tellement contente que tout ça se termine bien…

    En début d’après-midi, Loulou se décida à appeler ses parents. Elle avait longuement répété un discours possible pour leur expliquer sa présence à Misora et la raison pour laquelle elle souhaitait revenir vivre ici. Et cela, sans mentionner l’usage de la magie et la venue de ses amies dans le lieu où elle était retenue prisonnière. Après avoir composé le numéro de sa maman, Loulou n’eut pas besoin d’attendre très longtemps avant d’entendre sa voix :

    - Loulou ? Loulou, ma chérie, c’est bien toi ?

    - Oui maman, c’est bien moi…

    - Oh Loulou, ma chérie, on a eu tellement peur pour toi !

    - Ne vous inquiétez pas, je vais très bien…

    - Où est-ce que tu es ? Ne bouge surtout pas, on vient te chercher tout de suite…

    - Ce n’est pas la peine maman, je suis très bien entourée.

    - Comment ça ? Loulou, où est-ce que tu es ?

    - J’ai réussi à fausser compagnie aux hommes qui m’ont enlevé. Mais j’étais très fatiguée. Alors j’ai décidé de ne pas rentrer à la maison afin d’échapper aux médias. Je voulais à tout prix me reposer dans un endroit où j’étais certaine d’être à l’abri des regards, dans un endroit où je me sentais en sécurité…

    - Tu es en train de nous dire… que tu te trouves à la boutique de Misora !

    Loulou fut surprise de voir que sa maman avait découvert aussi rapidement l’endroit où elle se trouvait. Décidément, elle connaissait très bien sa fille.

    - J’ai pris le premier avion pour Misora et la propriétaire de la boutique m’a gentiment permis de reprendre des forces dans la boutique avec mes amies. Tu ne m’en veux pas trop ?

    - On était extrêmement inquiet pour toi Loulou ! Pourquoi ne nous as-tu pas appelés tout de suite ?

    - J’ai pris l’avion directement en arrivant à l’aéroport et je ne pouvais pas appeler dans l’avion. Et une fois arrivée à Misora, j’étais tellement fatiguée que je me suis endormie directement.

    - Je préviens ton père et on vient te chercher au plus vite…

    - Maman attend ! Je… je voudrais que vous reveniez vivre à Misora, toi et papa. J’aimerais que l’on revienne vivre à Misora tous ensemble.

    - Mais Loulou, et tes études alors ? Et ta carrière ?

    - Je n’abandonnerais pas ma carrière. Mais je n’ai plus envie d’étudier dans cette école. Depuis que je suis là-bas, je suis constamment épiée, jour et nuit. Je n’ai plus aucune vie privée, où alors, je suis obligée de vivre volets fermés pour avoir un peu de tranquillité. Ce n’est pas une vie pour moi, maman. À Misora, je n’ai jamais eu autant de problèmes avec les médias. Et surtout, à Misora… je n’ai jamais été enlevée.

    Sa maman resta silencieuse. Elle avait toujours su qu’un jour où l’autre, Loulou déciderait de revenir vivre à Misora. Elle savait qu’elle ne supporterait pas sa nouvelle vie de star très longtemps. Alors, elle comprenait parfaitement ce que sa fille lui disait. Car elle était passée par là, elle aussi.

    - Écoute Loulou, ton père et moi avions décidé depuis longtemps que si tu choisissais de revenir vivre à Misora, nous suivrions ton choix. Si aujourd’hui, tu as décidé de revenir vivre là-bas, alors nous suivons ton choix.

    - C’est vrai ! Vous voulez vraiment que l’on revienne vivre ici ? Tous ensembles ?

    - Bien sûr que nous le voulons Loulou. Nous serons à Misora demain en fin de journée. En attendant, reste avec tes amies et surtout, fait attention à toi.

    - Ne t’inquiète pas maman, mes amies savent très bien s’occuper de moi.

    - Je ne suis pas inquiète sur ce point. Prend bien soin de toi ma chérie et à demain.

    - À demain maman.

    Loulou raccrocha. Puis, affichant un large sourire, elle regarda ses amies :

    - C’est réglé. Mes parents font les cartons et arrivent demain à Misora.

    - Oui ! Génial !

    Toutes sautèrent de joie. Même Loulou ne put s’empêcher d’exprimer sa joie de revenir parmi elles.

    - Et si on ouvrait la boutique ? proposa Loulou.

    - Tu te sens capable de nous aider ?

    - Mais oui, bien sûr ! Grâce à vous, je suis en pleine forme.

    Ainsi, elles activèrent leur console magique et passèrent leur tenue de pâtissière. Dorémi alla de suite ouvrir la boutique. Mais alors que les filles s’apprêtaient à préparer de délicieux gâteaux :

    - Hey, moi aussi je veux vous aider ! s’exclama alors Flora.

    - Si tu veux. Mais tu sais Flora, on est samedi aujourd’hui. Les clients vont être nombreux dans la boutique.

    - Oui je sais, mais c’est pas grave. Je remontrais dans ma chambre quand ils seront là mais pour l’instant, il n’y a personne.

    Toutes les six mirent alors la main à la patte. Puis, comme promit, mademoiselle Kiki et mademoiselle Coucou passèrent à la boutique prendre des nouvelles de Loulou.

    - Bonjour les filles, s’exclama mademoiselle Kiki. Je vois que Loulou a retrouvé toute son énergie.

    - Je vais beaucoup mieux, leur répondit Loulou.

    - Oui, c’est ce que nous pouvons constater. Tu as prévenu tes parents ?

    - Oui, ils reviennent vivre ici. Après cet incident, nous avons décidé de revenir à Misora. Et puis, de cette manière, je serais beaucoup plus près de mes amies et de Flora. Je n’aurais plus besoin d’utiliser la magie pour me téléporter.

    - Tu as décidé d’arrêter ta carrière ? demanda son ancienne institutrice, surprise.

    - Non, je vais continuer dans le show-biz tout en étant à Misora.

    Mademoiselle Kiki finit par lui sourire, finit par leur sourire.

    - Mademoiselle…

    - Vous savez, tout ceci ne m’étonne absolument pas. Surtout venant de vous. Vous étiez inséparable durant votre primaire, et je constate que vous l’êtes toujours aujourd’hui.

    Un client entra dans la boutique. Émilie alla l’accueillir :

    - Bonjour monsieur, puis-je vous aider ?

    Mais dans la cuisine, Flora venait de se cacher derrière Dorémi, tremblante. Ce qui surprit mademoiselle Kiki.

    - La malédiction. Flora est toujours aussi paniquée devant des inconnus, expliqua alors Mindy.

     

    Le lendemain, Loulou attendait avec impatience l’arrivée de ses parents. Même si elle savait que son père ne serait pas présent très souvent auprès d’elle, elle avait hâte de pouvoir ré-emménager dans la maison qui était la sienne durant quatre belles années.

    Et le soir venu, alors que la boutique était fermée, la petite cloche de la porte d’entrée sonna. Loulou, qui se trouvait dans la chambre de Flora, descendit en courant et sauta dans les bras des deux personnes qui venaient d’entrer.

    - Maman… Papa…

    Clara Segawa était l’agent de Loulou, mais elle était autrefois chanteuse, comme sa fille. Les cheveux marron foncés formant comme deux couettes de chaque côtés, elle avait de petits yeux de cette même couleur et portait un foulard violet autour du cou. Elle était vêtue d’une tunique orange, ainsi que d’une longue robe bleu marine et des sandales à petits talons beiges.

    Tsuyoshi Segawa était conducteur de train. C’était pour cette raison qu’il ne pouvait pas se trouver aussi souvent qu’il le souhaiterait auprès de sa famille. Il avait de courts cheveux châtain et des yeux également marron. Il portait une chemise bleue foncée, par-dessous un manteau beige, qu’il rentrait dans son pantalon gris et chaussait des souliers gris foncés.

    - Loulou… ma chérie… on a eu si peur pour toi… on était si inquiet…

    - Mais regardez, mes amies ont su prendre soin de moi.

    - Et nous vous en remercions, s’exclamèrent-ils à l’intention des filles. Loulou, est-ce que… explique-nous ce qu’il s’est passé après ta disparition.

    - Oh maman, je n’ai vraiment pas envie de reparler de ça.

    - D’accord mais je veux quand même qu’un médecin t’examine.

    - C’est déjà fait. Après être arrivée dans la boutique, la propriétaire a appelé un médecin pour s’assurer que je n’avais rien. Et, apparemment, je n’aurais rien d’inquiétant.

    - Je crois que nous devons beaucoup à cette madame Makihatayama. Serait-il possible de la rencontrer ?

    - Oui, bien sûr. Maggie-Grigri, tu pourrais venir s’il te plaît ? cria alors Loulou.

    Maggie-Grigri, qui se trouvait dans la cuisine en présence d’une Flora paniquée, laissa Dorémi s’occuper d’elle et rejoignit Loulou dans la boutique.

    - Vous devez être les parents de Loulou.

    - C’est exact. Nous voulions vous remercier d’avoir pris soin de notre fille en notre absence, et surtout après ce qu’elle venait de vivre.

    - Je ne pouvais pas la laisser seule dans son état…

    Mais, pendant que Maggie-Grigri discutait « aimablement » avec les parents de Loulou, celle-ci pensa alors à Flora, paniquée devant ses propres parents. Flora ne paniquait plus devant mademoiselle Kiki. Elle ne paniquait plus devant les sorcières Roxane et Vanille. Et surtout, elle pouvait retrouver les anciens camarades ainsi que tous les adultes de l’école primaire sans crainte. En enlevant le fait qu’elle craignait de se trouver en présence de personne qu’elle n’avait jamais vu auparavant, il ne restait que les familles des filles. Si elle parvenait à ne plus paniquer devant les parents des filles, alors la malédiction pourrait être rapidement levée.

    Loulou alla rejoindre Dorémi et Flora, toutes deux en présence de Lala et des six petites fées.

    - Flora, tu accepterais de venir avec moi dans la boutique ?

    Mais celle-ci lui répondit négativement de la tête.

    - Flora, on sera avec toi. Dorémi est avec toi. Je suis avec toi. Et Sophie, Émilie et Mindy seront également avec toi.

    En entendant la conversation, Émilie, Sophie et Mindy les rejoignirent.

    - Tu ne risques rien Flora. Tu es en sécurité avec nous. Et je te promets que mes parents ne te feront aucun mal.

    - J’ai trop peur… j’ai trop peur…

    - Vient avec nous.

    Loulou lui attrapa les mains et la tira jusque dans la boutique.

    - Regarde, ils ne te feront aucun mal. Ce sont mon papa et ma maman. Et ils sont très gentils.

    - Flora, enchaîna Dorémi, tu te souviens de la fois où tu as accompagné Loulou au studio d’enregistrement ? Souviens-toi, tu es restée avec sa maman pendant qu’elle réalisait ses tournages.

    - Et la fois où Loulou s’était endormit dans la boutique, poursuivit Sophie, tu lui avais prêté ton lit pour qu’elle puisse se reposer, tu te souviens ? Et quelques heures après, sa maman était venue la chercher et tu es allée réveiller Loulou.

    - Enfin presque, chuchota Mindy.

    - Flora, tu te souviens du jour de la remise des diplômes ? lui demanda Émilie. Souviens-toi, Dorémi était venue s’enfermer dans la boutique…

    - Tu n’es pas obligée de lui rappeler cette merveilleuse journée, ironisa Dorémi.

    - Toute l’école avait fait le déplacement pour que Dorémi assiste à la remise des diplômes. Et il y avait également tous les parents. Et les parents de Loulou étaient présents. Tu t’en souviens Flora ? Tu les as déjà rencontrés dans le passé.

    Flora paraissait réfléchir. Mais très rapidement, tout lui revint en tête. Tous ces moments passés en présence de ses deux personnes se ravivaient peu à peu. Comment avait-elle pu oublier ces passages de son enfance avec ses mamans ?

    - Je me souviens…

    Elle avait cessé d’être effrayer. Elle avait cessé de trembler. Les filles étaient extrêmement fières. Elle avait réussi à lever la malédiction pour les parents de Loulou.

    - Mais oui, ce jour-là, nous n’arrivions pas à te faire sortir de la boutique Dorémi. Et j’ai faillis utiliser la ma…

    Toutes ensembles, elles sautèrent sur Flora en lui mettant leur main sur la bouche pour l’empêcher d’en dire plus.

    - Vous pourriez nous expliquer ce qu’il se passe ? demandèrent les parents de Loulou, se demandant pourquoi Flora était si craintive et pourquoi les filles lui ravivaient ces souvenirs.

    - C’est une longue histoire…

     

    Ainsi, Flora avait réussi à vaincre sa peur face aux parents de Loulou. Les filles savaient que pour lever la malédiction, elles devaient faire de même avec l’ensemble de leur famille. Mais, alors qu’elles s’apprêtaient à partir pour présenter leurs parents à Flora, celle-ci retrouva son apparence de petite fille.

    - Oh non ! Je veux redevenir grande ! Je veux redevenir grande ! Je veux redevenir grande !

    - Tu as pu rester grande pendant toute une semaine, c’est déjà pas mal non ? lui fit remarquer Sophie.

    - Non je veux redevenir grande ! Je veux redevenir grande ! Je veux redevenir grande !

    - D’accord, d’accord, on s’en charge.

    - Oui ! Merci mamans !

    Dorémi, Émilie, Sophie, Loulou et Mindy enfilèrent leur costume, et prirent leur baguette magique.

    - Pirikala Paporina Pékélatou Pépélato !

    - Pilipili Poupaloura Poupalou !

    - Pamékilak Larilori Palou !

    - Pouloulou Prune Fami Famifa !

    - Paparona Palouta Palali Papone !

    - Cercle magique ! Que Flora retrouve sa taille d’adolescente !

    Flora se mit alors à grandir, grandir, grandir. Jusqu’à retrouver sa taille de grande fille.

    - Oui ! Merci !

    Ainsi, en traversant la ville sur leur balai, elles allèrent de famille en famille afin de permettre à Flora de rencontrer les parents de toutes ses mamans en lui ravivant des souvenirs passés en leur compagnie. Et grâce à cela, il ne leur restait plus qu’à aider Flora à communiquer avec des personnes inconnues et la malédiction sera levée dans le monde des humains. Maintenant, elles devaient faire de même avec le monde des sorcières.

     

    Épisode 17: La promesse

    Épisode 19: Sophie l'aventurière


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique