• Épisode 2 :
    Retrouvailles

     

                Dorémi continuait toujours de courir à travers la ville, sans s’arrêter, sans savoir où elle allait. Elle ne parvenait plus à se contrôler. Ses larmes coulaient exactement comme une fontaine déversait son eau. La vie était tellement cruelle ! Elle avait été tellement heureuse ! Alors pourquoi eut-il fallu que ses amies partent si loin d’elle ? Pourquoi eut-il fallut qu’elles choisissent entre le monde des humains et celui des sorcières ? Pourquoi tout n’avait-il pas pu rester comme avant ?

    Dorémi était arrivée involontaire à la boutique de magie. Chaque jour, après les cours, elle venait ici. C’était dans cet endroit que Dorémi avait gardé le plus de souvenir. C’était ici qu’elle avait involontairement démasqué Maggie-Grigri comme étant une sorcière et qu’elle l’avait transformé en grenouille. C’était dans cet endroit qu’elle était devenue une apprentie sorcière. C’était dans cet endroit qu’elle se sentait bien, qu’elle avait appris à fabriquer de petits objets magiques, qu’elle avait appris à s’occuper des fleurs, qu’elle avait appris la pâtisserie, qu’elle avait appris à confectionner des broderies. Mais surtout, c’était ici qu’elle avait élevé la petite Flora, qu’elle était devenue une vraie maman. Mais maintenant, l’endroit était vide, désespérément vide, désert.

    Ne parvenant pas à se contrôler, Dorémi tomba à genoux sur le sol, la tête dans ses mains, ses larmes coulant sur le planché.

    - Vous me manquez… Vous me manquez tellement… Je veux que tout redevienne comme avant… Je veux que tout redevienne comme avant !

    - Dorémi.

    Dorémi releva la tête. Cette voix, elle ne pensait pas l’entendre de nouveau aussi rapidement. Elle tourna doucement la tête. Derrière elle se tenait l’infirmière de son ancienne école.

    - Mademoiselle Coucou…

    - Pourquoi pleures-tu comme ça ? Pourquoi es-tu si triste ?

    Dorémi baissa ses yeux gorgés de larmes sur le planché. Ce qui l’attristait, c’était d’être loin de ses amies, loin de Flora, loin du monde de la magie. Mais même Sa Majesté la reine des sorcières ne pouvait exaucer son souhait. Il était trop tard. Elle avait pris sa décision. Mademoiselle Coucou s’agenouilla devant Dorémi :

    - Je n’aurais jamais dû vous demander de choisir entre le monde des humains et le monde des sorcières. Je savais à quel point vous teniez à vos proches. Et vous couper d’eux était très malhonnête de ma part. Mais en tant que reine des sorcières, je ne pouvais pas vous accorder le privilège de rester des apprenties.

    Juste avant de renoncer à devenir de véritable sorcières, les sept apprenties sorcières avaient eu le privilège de découvrir la véritable identité de la reine du monde des sorcières. Ce fut avec stupeur qu’elles avaient appris que leur infirmière scolaire, mademoiselle Coucou, était en réalité Sa Majesté la reine.

    - Je comprends… nous avons pris notre décision… je ne le regrette pas seulement…

    - Seulement tu ne t’imaginais pas que cette séparation serait aussi difficile.

    Dorémi répondit positivement de la tête.

    - Dorémi, cela fait maintenant six mois que vous avez quitté le monde des sorcières. En si peu de temps, il s’est passé tellement d’événements dans mon monde. Tu l’as sans doute compris en sauvant Flora aujourd’hui. Si je suis ici en ce moment, c’est parce que Flora me l’a demandé. Et je m’aperçois que son souhait serait la meilleure des solutions. Et c’est pour cette raison que j’aurais un service à vous demander, à toi et à tes amies.

    - Mais mademoiselle Coucou, mes amies sont si loin de moi…

    Mademoiselle Coucou se leva et claqua des doigts. Aussitôt, dans un nuage de fumée, une autre personne semblait être apparue. Elle portait une très longue robe blanche, dont un voile gris recouvrait la partie inférieure du corps ainsi que les épaules, et possédait une étoile violette au niveau de la poitrine.  Elle portait deux bracelets couleur or à chaque poignet ainsi qu’une paire de mitaine blanche recouvrant une partie de ses mains. Ces cheveux frisés, tellement blond qu’ils en étaient blancs, lui descendaient jusqu’aux chevilles ainsi que deux mèches situé devant sa couronne de la même couleur que ses bracelets, agrémentée de petites pierres rouges. Elle portait également une paire de boucle d’oreille dorée en forme d’étoile. Cependant, elle gardait les mêmes yeux bleus si jolis de mademoiselle Coucou. L’infirmière scolaire venait de se transformer en Sa Majesté la reine des sorcières.

    Regardant le plafond de la boutique, elle leva sa main droite dont un rayon lumineux en jaillit, illuminant toute la pièce. Quatre petites boules apparurent dans les airs, puis grossirent de plus en plus. Quelques secondes après, elles éclatèrent. Émilie, Sophie, Loulou et Mindy atterrirent en douceur sur le sol. Un silence total s’abattit alors dans la pièce. Personne ne semblait comprendre ce qu’il se passait. Quand soudain :

    - Les filles !

    - Vous m’avez tellement manqué !

    - C’est tellement dur sans vous !

    - Comment a-t-on pu en arriver là !

    - C’est impossible de vivre sans vous !

    Toutes les cinq pleuraient de plus bel. Aucune des quatre n’avaient remarqué la présence de la reine et Dorémi l’avait en quelque sorte oublié. Mais elle ne fit rien pour qu’elles remarquent sa présence. Ces retrouvailles étaient tellement émouvantes. Ce fut Mindy qui s’aperçut de sa présence :

    - Oh mais… Votre Majesté, que faites-vous ici ?

    - Et comment sommes-nous revenus dans la boutique magique ?

    - C’est moi qui vous aie fait venir. Comme je le disais à Dorémi, cela fait maintenant six mois que vous avez pris votre décision et depuis, les choses se sont empirées dans le monde des sorcières.

    - Comment ça ?

    - Les pouvoirs de la reine d’avant n’ont pas marché comme nous l’aurions souhaité. Certes, les sorcières transformées en grenouille ont pu récupérer leur véritable apparence mais… la forêt des sors est de nouveau apparu et Flora est plus que jamais en danger.

    - Quoi !

    - Mais c’est impossible !

    - Votre Majesté, cela voudrait-il dire que la reine d’avant aurait changé d’avis ?

    - Non, la Sorcière Tourbillon est partie du monde des sorcières avant même que vous ne perdiez votre statue d’apprentie. Elle n’est pas responsable de cette apparition cette fois-ci. Nous ne savons pas ce qui aurait pu la faire réapparaître mais il serait possible que la magie qu’elle utilisait lorsque qu’elle est partie se réfugier dans cette forêt ne se soit pas dissipée. Et de ce fait, une autre sorcière aurait pu la reconstituer. Seulement, nous ne pouvons, pour le moment pas le certifier.

    - Mais qui aurait pu faire une chose pareille ? Et pourquoi la vie de Flora est-elle de nouveau menacée ?

    - Qu’attend-t-elle de Flora exactement ?

    - Ses pouvoirs. Flora est certainement la sorcière la plus puissante que le monde ait pu avoir. Et depuis six mois, elle est la nouvelle reine du monde des sorcières. Malheureusement, son jeune âge fait qu’elle ne peut pas encore régner sur le monde. Mais ses pouvoirs restent néanmoins suffisamment puissants pour qu’un jour elle puisse réunifier les deux mondes.

    - Alors, tout est en train de recommencer comme avant, n’est-ce pas ?

    - Que pouvons-nous faire ?

    - Afin d’éloigner au maximum Flora de toute civilité, la personne qui règne dans cette forêt lui a lancé un sort que nous ne parvenons pas à lever. Depuis que cette malédiction de l’inconnu a été lancée sur Flora, elle est terrorisée à chaque fois qu’elle se trouve en présence de quelqu’un. Les seules personnes encore capables de l’approcher sont Maggie-Grigri, le Docteur Guéritout, Camille, Paola, Lala, les petites fées et moi-même. Aujourd’hui, je me suis aperçue qu’en ta présence Dorémi, Flora était beaucoup plus apaisée et beaucoup plus rassurée qu’elle ne l’a pu être depuis qu’elle a été touchée par ce sort. C’est pour cette raison que je vais avoir besoin de votre aide. Je vais avoir besoin de votre aide pour veiller sur la petite Flora.

    - Vous voulez dire… que Maggie-Grigri et Lala vont revenir vivre dans la boutique avec Flora ? s’exclamèrent ensemble les cinq filles.

    - En effet. Durant ces années où vous avez élevé Flora, vous nous avez montré à quel point vous savez prendre soin d’elle dans n’importe quelle situation. Vous savez que Flora a repris sa forme de petite fille de trois ans et demi. Mais son esprit a gardé celui de la jeune fille qu’elle était devenue durant une année. Et aujourd’hui, cette malédiction qui l’a frappé va parvenir à faire en sorte qu’elle ne puisse jamais régner sur le monde des sorcières. C’est pour cette raison que je souhaiterais que Flora, Maggie-Grigri et Lala reviennent vivre dans cette boutique. Et c’est également pour cette raison que j’aimerais vous redonner votre statue d’apprentie sorcière.

    Les yeux des filles étaient ruisselants de larmes. Elles étaient si émues. Voilà maintenant six mois entiers qu’elles ne s’étaient pas revues, qu’elles avaient toutes déménagé à l’étranger. Et aujourd’hui, elles allaient enfin parvenir à se revoir régulièrement grâce à la magie. Aujourd’hui, elles allaient de nouveau pouvoir retrouver la petite Flora qui leur manquait tant. Aujourd’hui, elles allaient de nouveau retrouver Maggie-Grigri et Lala, qui les avaient tant aidées durant leur apprentissage. Aujourd’hui, elles allaient redevenir des apprenties sorcières.

    Maggie-Grigri entra dans la boutique avec Flora et Lala. Flora sauta des mains de Maggie-Grigri pour atterrir dans ceux de Dorémi.

    - Flora ! Oh Flora tu nous as tellement manqué ! On est si heureuse de te revoir !

    Dorémi était aux anges. Elle serrait encore Flora dans ses bras et cette fois-là, elles n’allaient pas devoir se séparer. Puis les petites couettes de Flora se mirent à bouger. Elle faisait de la magie. Et aussitôt, les petites fées des filles apparurent :

    - Dodo !

    - Mimi !

    - Fifi !

    - Lolo !

    - Dydy !

    - Fafa ! Bibi va être tellement heureuse de te retrouver !

    Contrairement à Lala, ses six petites fées, ainsi que Floflo, la fée de Flora, n’étaient pas encore adultes. Elles ne paraissaient posséder ni jambe ni bras, mais, tout comme leur aînée, elles possédaient deux longues mèches de cheveux arrivant jusqu’au bas du corps dont l’extrémité s’enroulait sur elle-même en formant une spirale. La robe de Dodo, ainsi que ses yeux et ses cheveux formant deux chignons sur le dessus de la tête, étaient de couleur rose. Celle de Mimi se colorait d’orange, tout comme ses yeux et ses cheveux qui formaient quatre piques ainsi que deux petites mèches sur le devant de la tête. Fifi avait les cheveux lisses, tout comme sa maîtresse, ainsi que trois petites mèches sur la gauche de son visage, des yeux et une robe bleue. Les yeux de Lolo se teintaient d’une couleur violette, tout comme sa robe et ses cheveux qu’elle portait lisse avec une couette sur la gauche. Dydy portait une robe jaune, tout comme ses yeux et ses cheveux formant deux grosses boucles, comme sa maîtresse, ainsi que trois petites mèches sur le côté droit de son visage et une étoile agrémentant sa coiffure sur le côté gauche. Fafa avait des cheveux qui paraissaient ébouriffés de couleur rose clair, formant deux sortes de couettes de chaque côté, ainsi qu’une robe et des yeux d’un rose presque rouge. Quant à Floflo, elle possédait deux grandes couettes blondes de chaque côté, avec une barrette représentant une aile blanche sur le côté gauche, une robe blanche et des yeux couleur noisette.

    - Afin de payer tous ce dont vous aurez besoin pour élever Flora, et pour que Maggie-Grigri et Lala puissent vivre convenablement, le Maho-dou devra ouvrir de nouveau ses portes. Acceptez-vous de reprendre votre travail dans la boutique mesdemoiselles ?

    - Oh oui ! Qu’allons-nous vendre cette fois-ci Votre Majesté ?

    - Étant donné que vous vous retrouvez de nouveau confronté aux problèmes de mon monde, je vais vous laisser le loisir de choisir. Qu’aimeriez-vous faire dans cette boutique ?

    Dorémi pensa immédiatement à Mindy, Mindy qui rêvait de devenir pâtissière. Elle pensa également à Sophie, Sophie qui était la spécialiste des boulettes de pieuvres. Et elle pensa également à Flora, Flora qui se régalait lorsque ses mamans lui préparaient de bons gâteaux. Un sourire s’afficha alors sur son visage. Elle regarda ses amies, et en un simple regard, elles comprirent qu’elles avaient la même idée :

    - Nous aimerions pouvoir faire de la pâtisserie Votre Majesté.

    - De la pâtisserie ? C’est un excellent choix.

    Sa Majesté ouvrit le coffret et le présenta aux filles. À l’intérieur, ce trouvait six consoles sous forme de bracelet. Aussi connu sous le nom de jonc, ces bracelets, couleur argent, étaient parsemés de petites notes de musique de différentes couleurs. Sur le dessus, une étoile jaune à six branches entourait un rond blanc contenant deux notes de musique jaune maintenues entre elles, ressemblant fortement à une couronne : le symbole du monde des sorcières.

    - Allez-y, prenez une console chacune, leur demanda Sa Majesté. Dorémi, je te laisserais le plaisir de donner sa console à Bibi.

    - Oui, bien sûr.

    - Ces consoles vous permettront ainsi de passer vos tenus d’apprentie sorcière ainsi que de pâtissière.

    - Mais, Votre Majesté, il risque d’y avoir un problème. Seules Dorémi et Émilie habitent toujours à Misora. Loulou, Mindy et moi-même, nous ne vivons plus ici. Nous ne pourrons pas venir quotidiennement dans cette boutique. La distance reste très grande.

    - Je sais où vous vivez. Mais la puissance de votre magie est néanmoins suffisante pour vous transporter dans cette boutique quand bon vous semble. Ainsi, vous pourrez continuer vos études dans votre quartier tout en ayant la possibilité de venir ici. Maintenant, je vais avoir besoin de vos réponses. Acceptez-vous de vous occuper de Flora et de reprendre cette boutique ?

    Pour Dorémi et Émilie, la réponse était évidente. Mais leurs amies allaient-elles pouvoir utiliser leur magie quotidiennement pour pouvoir venir jusqu’ici ? Du coin de l’œil, elles les regardaient. Mais un sourire se dessinait sur leurs visages.

    - Bien sûr, nous acceptons de reprendre cette boutique et de nous occuper de Flora. Vous pouvez compter sur nous Votre Majesté.

    - J’ai entièrement confiance en vous les filles. Et je vous remercie pour votre dévouement. Je sais que vous parviendrez à guérir Flora de cette malédiction. Maintenant, il nous reste à transformer la boutique.

    Les filles frappèrent alors une fois sur l’étoile de leur bracelet magique. Aussitôt, elles se recroquevillèrent sur elles-mêmes, volant à quelques centimètres au-dessus du sol. Des cercles lumineux, composés de petites notes de musique, formaient une boule autour d’elle. D’un geste vif, elles se déplièrent, écartant bras et jambes. Les cercles lumineux s’enroulèrent autour de leur corps, faisant apparaître de nouveaux vêtements, avant que les cinq amies ne retombent sur le sol. Elles étaient maintenant vêtues d’une robe qu’elles connaissaient bien. Leur col formait quatre pointes en direction du sol, deux à l’avant et deux à l’arrière. Leur robe, à manches courtes, se terminaient sous forme de pétale de fleurs très géométriques, dont deux d’entre elles étaient plus longues à l’arrière. Elles portaient également une ceinture au niveau de la taille. Leur chapeau, leurs gants ainsi que leurs bottes comportaient comme des petits boutons décoratifs. Leur costume était de deux couleurs différentes, mais tous les six portaient la couleur blanche. Pour la seconde, elle correspondait à du rose pour Dorémi, à du orange pour Émilie, à du bleu pour Sophie, à du violet pour Loulou et à du jaune pour Mindy.

    - Pirouli piroula et voilà !

    Elle portait le même costume qu’elles avaient avant de renoncer à la magie. Elles sortirent ensuite dans la cour. Chacune frappa deux fois sur le cadran de leur console magique pour en sortir leur instrument de magie. Il ressemblait à un bâton blanc dont le centre marron était plus large. De petites pierres parsemaient toute la baguette, formant une ligne régulière. Au centre, six petites pierres sous forme de losange étiré étaient positionnées en cercle. Tout au bout, une grosse pierre rose, comme un diamant, si trouvait. Elles s’aperçurent alors que leur baguette était, elles aussi, les mêmes que celles qu’elles utilisaient juste avant de refuser de devenir de véritables sorcières.

    - Prononcez votre formule et formez le cercle magique.

    - Oui !

    Elles se mirent en cercle, prêtent à utiliser pour la première fois depuis six mois leurs pouvoirs magiques. Dorémi, la baguette tenue à deux mains par chaque extrémité, tira dessus. La baguette s’ouvrit en son centre. Une petite boule s’y trouvait et se mit instantanément à tourner sur elle-même en s’illuminant. Dorémi tourna alors sur elle-même, le bras tenant sa baguette tendue, avant de la pointé en direction du ciel :

    - Pirikala Paporina Pékélatou Pépélato !

    Ce fut ensuite au tour d’Émilie :

    - Pilipili Poupaloura Poupalou !

    Sophie enchaina :

    - Pamékilak Larilori Palou !

    Puis Loulou poursuivit :

    - Pouloulou Prune Fami Famifa !

    Et enfin, Mindy termina :

    - Paparona Palouta Palali Papone !

    - Cercle magique !

    Les couettes de Flora se mirent à bouger. Elle aussi souhaitait participer à ce tour de magie. Sa Majesté leva alors le bras tout en formulant :

    - Que cette boutique se transforme !

    La boutique s’illumina entièrement. Il leur était impossible de la distinguer à travers toute cette lumière. Puis cette lueur disparue. Les filles retrouvèrent leur boutique magique consacré à la pâtisserie. Elle se composait d’un bâtiment principal ressemblant à une maison, avec un rez-de-chaussée réservé à la boutique, un étage renfermant les chambres de Maggie-Grigri, Lala et Flora, ainsi qu’un grenier. Une petite terrasse se trouvait sur sa droite, et une grande tour correspondant à un immeuble de trois étages étaient reliée au bâtiment principal et renfermait une immense machine qui servait à confectionner des sucreries.

    - C’est magnifique ! s’exclama Dorémi.

    - Dorémi, Émilie, Sophie, Loulou, Mindy. Durant tout votre apprentissage, vous nous avez montré jusqu’où vous êtes prêtes à aller pour veiller au mieux sur la petite Flora. Et maintenant que Flora est devenue reine du monde des sorcières, elle est plus que jamais en danger. Mais je sais qu’en votre présence, et en celles de Maggie-Grigri et Lala, elle sera en sécurité. Au nom du monde des sorcières, je vous en remercie.

    - Merci Votre Majesté.

    - Prenez bien soin de vous.

    Sa Majesté reprit l’apparence de mademoiselle Coucou et sortit de la boutique magique. Dorémi finit par sauter en l’air :

    - Ça y est, je suis de nouveau la petite fille la plus heureuse du moooooooooonde !

     

    Épisode 1: De douloureux souvenirs

    Épisode 3: La réouverture de la boutique


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique