•  Épisode 20 :
    Retour dans le monde des sorcières

     

                Le week-end venait tout juste de commencer. Dorémi, Émilie, Sophie, Loulou, Mindy et Flora étaient toutes très occupées à la boutique. Bibi était également passé avec son papa et sa maman pour acheter une pâtisserie. Mais elle ne resta pas avec les filles.

    - Mon emploi du temps est beaucoup trop chargé voyez-vous.

    Bibi avait beaucoup changé depuis son passage à l’école primaire. Elle était rarement chez elle et passait ses journées entières avec ses amis. Elle ne prenait plus le temps de venir à la boutique. Néanmoins, elle était très contente de pouvoir utiliser la magie comme avant. Flora se consolait en allant la voir les soirs sur son ballet magique, accompagné par la maman qui était chargée de veiller sur elle.

    Alors qu’elles s’apprêtaient à laisser Sophie à la boutique pour veiller sur Flora, Dorémi pensa à quelque chose.

    - Attendez ! Et si nous emmenions Flora dans le monde des sorcières ?

    Les filles, choquées par cette question, tombèrent toutes à la renverse.

    - Dans le monde des sorcières ! s’exclama Mindy.

    - Mais enfin Dorémi, tu sais bien que Sa Majesté nous a interdit d’emmener Flora dans le monde des sorcières, expliqua Loulou.

    - Flora est en danger dans le monde des sorcières, poursuivit Émilie.

    - Oui, je sais bien, se justifia Dorémi. Mais Sa Majesté nous a également demandé de guérir Flora de la malédiction de l’inconnu. Et nous avons réussi à le faire pour tous les humains qu’elle avait déjà rencontré. Nous ne pouvons plus l’aider dans ce monde. Si nous voulons lever cette malédiction, nous devons lui remémorer des souvenirs passés avec des sorcières.

    Dorémi avait raison. Néanmoins, elles ne pouvaient pas emmener Flora dans le monde des sorcières. Elles risqueraient de la mettre davantage en danger.

    - Nous avons une autre solution ! s’exclama soudain Sophie.

    - Laquelle ?

    - Toutes les sorcières ne vivent pas dans le monde des sorcières. Et nous en connaissons une qui s’est déjà occupé de Flora.

    - Maya !

    Le lendemain, après accord de Maggie-Grigri, les filles fermèrent la boutique plus tôt que prévu et toutes se rendirent chez la sorcière Maya-Grigri grâce à la magie. Flora était joyeuse à l’idée de s’y rendre, exactement comme à chaque fois. Elle finissait toujours par changer d’avis en voyant la personne ou en l’entendant. Et les cinq apprenties sorcières, ainsi que Maggie-Grigri, savaient qu’elle allait réagir de cette façon en voyant Maya. Mais si cela pouvait l’aider à guérir, alors il fallait le faire.

    - Mes amies ! Comme je suis heureuse de vous revoir !

    Maya-Grigri était une sorcière extrêmement maladroite et d’un âge déjà bien avancé. Ses cheveux gris étaient coiffés en deux gros chignons qu’elle portait bas, tout comme sa fille Maggie-Grigri. Elle avait des yeux tellement plissés qu’il en était impossible d’en définir sa couleur et portait un anneau à chaque oreille. Elle revêtait une longue robe verte foncée, par-dessous un petit haut marron à franges qu’elle posait sur ses épaules.

    - Bonjour Maya !

    - Dorémi, je veux partir ! Je veux plus venir, je veux partir ! s’était alors exclamée Flora.

    - Eh bien, que lui arrive-t-il ?

    - Elle est… elle est… essaya d’expliquer Dorémi.

    - Malade, acheva Sophie.

    - Maya, nous avons besoin de ton aide pour aider Flora.

    - Je veux bien mais expliquez-moi ce qui ne va pas.

    - Flora a été victime de la malédiction de l’inconnu. Et pour vaincre cette malédiction, nous devons lui rappeler ce qu’elle a vécu dans le passé, expliqua Maggie-Grigri. Il faudrait qu’elle parvienne à se souvenir d’un événement passé avec toi…

    - Ne vous inquiétez pas, j’ai la solution.

    Elle claqua des doigts et se retrouva habillée en sorcière, un ballet à la main.

    - Oh non, maman, ne fait pas ça ! s’écria Maggie-Grigri.

    - Tout va bien !

    Et Maya s’envola dans les airs, ne volant visiblement pas droit.

    - Reste tranquille Maggie-Grigri, nous allons la suivre, s’exclamèrent Sophie et Mindy.

    - Merci les filles.

    Sophie et Mindy enfilèrent leur costume puis s’envolèrent.

    - Je vais avec elles, s’exclama Lala.

    Elles volèrent très vite afin de rattraper Maya qui termina par se poser derrière un panneau publicitaire.

    - Maya, mais qu’est-ce que tu fais ?

    - Vous m’avez demandé de raviver des souvenirs à Flora. Eh bien, c’est ce que je suis en train de faire.

    - Avec un panneau publicitaire ? demanda Mindy, ne comprenant pas vraiment où Maya voulait en venir.

    - Mais non voyons, avec ça.

    Elle leur montra alors une étendu d’herbe. Une herbe ressemblant plus à de la mauvaise herbe songea Mindy, ne comprenant toujours pas ce que Maya cherchait à leur faire comprendre. Mais Sophie, elle, avait compris qu’elle était l’idée de Maya.

    - Mais oui ! La menthe magique ! Tu avais guéri Flora, quand elle n’était encore qu’un bébé, et Maggie-Grigri, du hoquet magique avec la menthe magique !

    Voilà pourquoi Mindy ne comprenait pas ce que Maya cherchait. Elle se trouvait à New-York à l’époque où cela c’était passé.

    - Bien joué ! s’exclama Lala.

    Toutes ensembles, elles retournèrent dans la maison de Maya où les attendaient Dorémi, Émilie, Loulou, Flora et Maggie-Grigri. Maya prépara alors le breuvage à base de menthe magique. Et une fois terminée :

    - Tient petite Flora, goûte un peu ça.

    - Non, je veux pas ! Je veux pas ! Je veux pas ! Je veux pas…

    - Flora… je t’en prie… goûte cette préparation, lui demanda Dorémi.

    - C’est pour ton bien Flora, poursuivit Loulou.

    - Tu te sentiras beaucoup mieux après, continua Émilie.

    En voyant les yeux humides de ses mamans, Flora termina par accepter de goûter au breuvage soigneusement préparé par Maya. Et l’effet désiré ce produisit instantanément. À peine Flora avait-elle mit la cuillère dans la bouche que les souvenirs lui revenaient en tête.

    - On avait détruit la maison ce jour-là avec notre hoquet magique, pas vrai Maggie-Grigri ? s’était soudain exclamée Flora, joyeuse.

    Toutes ses mamans sautèrent alors de joie :

    - Oui ! On a réussi !

     

    Mais maintenant qu’elles avaient réussi à lui raviver ses souvenirs avec Maya, les filles ne savaient plus comment l’aider à rester calme en présence des sorcières. Car elles ne connaissaient plus aucune sourcière vivant dans le monde des humains et qui pourrait aider Flora. Il y avait bien Sa Majesté la reine d’avant. Malheureusement, elle était retournée vivre dans le monde des humains et elles ignoraient où elle se trouvait. Et Sa Majesté avait été très claire. Elles ne devaient en aucun cas prévenir la reine d’avant de ce qu’il se passait dans le monde des sorcières, au risque qu’elle n’y retourne et que la forêt se serve d’elle pour prendre le pouvoir sur le monde.

    Finalement, la remarque de Dorémi s’avérait être la meilleure des solutions, même si elle fut difficilement admise par tous. Mais le seul moyen de guérir Flora, c’était de la ramener dans son monde. C’était de la ramener dans le monde des sorcières. Alors, à la sortie des cours, Dorémi, Émilie, Sophie, Lolo et Mindy se rendirent à l’infirmerie, afin de demander la permission à Sa Majesté d’emmener Flora dans le monde des sorcières.

    - Mademoiselle Coucou, nous aimerions emmener Flora dans le monde des…

    Mais au même moment, mademoiselle Coucou recula sur sa chaise à roulette de son bureau, se tournant vers les filles, un doigt sur la bouche, leur faisant signe de se taire. Puis, tout de suite après, elle montra un des lits, dont les rideaux étaient tirés. Elles comprirent alors que quelqu’un se trouvait à l’infirmerie et qu’elles ne devaient pas parler de magie.

    Puis les rideaux s’ouvrirent, et elles tombèrent nez-à-nez avec monsieur Akiota, accompagnée d’un élève plus grand que Dorémi et ses amies.

    - Pourquoi faut-il toujours que l’on tombe sur lui ? pensa alors Dorémi.

    - Encore vous ! Je pourrais savoir ce que vous venez faire à l’infirmerie toutes les cinq ?

    - Nous… nous voulions…

    - On s’apprêtait à… à…

    - C’est moi qui leur ai demandé de venir me voir une fois les cours terminés, s’exclama alors mademoiselle Coucou. Vous avez sans doute remarqué que ces jeunes filles tombaient malades régulièrement et j’avais besoin d’obtenir des informations médicales de leur part.

    - Je vois. J’espère pour vous que votre « maladie » répétitive va finir par toucher à sa fin.

    - Nous ne le faisons pas exprès monsieur, s’exclama Dorémi.

    - Je l’espère pour vous. N’oubliez pas que je vous ai à l’œil toutes les cinq.

    Monsieur Akiota ainsi que son élève partirent alors de l’infirmerie.

    - C’est difficile d’oublier ça, exaspéra Sophie. Il est sans cesse en train de tomber sur nous. C’est à se demander s’il ne nous suit pas.

    - Je pense que vous devriez être très prudente envers votre enseignant principal, leur dit alors mademoiselle Coucou. Il ne reculera devant rien pour prouver que votre « « maladie » répétitive » n’en ai pas réellement une.

    - Oui, vous avez raison, s’exclamèrent les cinq filles.

    - Sinon, vous vouliez me parler de Flora ?

    - Oui, nous aimerions… nous sommes venues pour avoir votre accord.

    - Mon accord ? À quel sujet ?

    - Eh bien… en nous rendant nos pouvoirs magiques, et en nous confiant la garde de Flora, vous nous avez confié une mission : celle de la guérir de la malédiction de l’inconnu.

    - Oui, en effet.

    - Voilà, nous avons réussi à lever la malédiction vis-à-vis de tous les humains qu’elle a longtemps côtoyés dans le passé. Et nous ne pouvons plus l’aider dans le monde des humains. Le seul moyen de lever pour de bon cette malédiction, c’est de lui raviver ses souvenirs en présence des sorcières. Et le seul moyen d’y parvenir, c’est de ramener Flora dans son monde.

    - Vous voudriez ramener Flora dans le monde des sorcières ?

    - Oui.

    - Mesdemoiselles, je suis consciente de l’importance de lever cette malédiction. Mais vous ne pouvez pas emmener Flora dans le monde des sorcières, pas en ce moment. De plus en plus de sorcières, aussi prudentes les unes que les autres, sont victimes des nuages noirs. Si jamais cette forêt parvient à nous enlever notre petite Flora, nous ne la reverrons probablement jamais. Et ce serait une tragédie.

    - Nous sommes conscientes du danger que cela représente. Mais c’est notre seule chance de sauver Flora. Votre Majesté, nous vous le demandons comme une faveur. Nous ne resterons que très peu de temps. Juste le temps de guérir Flora pour de bon.

    Mademoiselle Coucou réfléchissait. Elles avaient raison, c’était le seul moyen de lever la malédiction. Mais le danger était bien trop grand. En acceptant, elle risquait de menacer la vie de Flora, mais également celle de Dorémi, Émilie, Sophie, Loulou et Mindy. Et cela, elle ne pouvait le tolérer.

    Mais au même instant, elle aperçut des formes étranges, sombres, flottant derrière Dorémi et ses amies. Sans hésiter, elle attrapa les cinq filles en même temps et les tira auprès d’elle. Car ces formes étranges n’étaient autres que des nuages noirs.

    - Vous avez aidé Flora récemment ?

    - Oui, nous l’avons emmené voir Maya-Grigri.

    Alors qu’elle faisait disparaître ses nuages, elle ne cessait de penser aux cinq apprenties sorcières qui étaient sans cesse menacées d’être touché par un de ces cumulus chaque fois qu’elles parviennent à aider Flora. Elle ne pouvait pas laisser cette situation s’éterniser. Il fallait que cela cesse. Et pour ce faire, elle devait accepter la demande des filles.

    - Je crois… je crois que ce serait une bonne idée de lever pour de bon cette malédiction.

    - Alors… ça veut dire… que vous acceptez ?

    - Oui, j’accepte que vous emmeniez Flora dans le monde des sorcières. Néanmoins, ce sera sous certaines conditions.

    - Bien sûr.

    - Je souhaite que Maggie-Grigri, Lala et Paola vous suivent dans tous vos déplacements. Et j’aimerais également être présente avec vous lorsque vous amènerez Flora. Je ne tiens pas à ce qu’il vous arrive quoi que ce soit.

    - Nous le ferons Votre Majesté.

    - Avez-vous décidé du jour où vous souhaitez emmener Flora ?

    - Nous pensions l’emmener durant le week-end. Nous pensions l’emmener au Jardin d’Enfants des jeunes sorcières, c’est là-bas qu’elle a le plus de souvenirs du monde des sorcières.

    - Excellente idée. Avant de vous rendre au Jardin d’Enfants, j’aimerais que vous veniez me voir au palais. Mais en attendant, faite très attention à vous jeunes apprenties sorcières.

     

    Le samedi soir, Dorémi et ses amies se préparèrent à emmener Flora dans le monde des sorcières. Afin d’être le plus entouré possible, elles affirmèrent à leurs parents qu’elles passaient la nuit dans la boutique pour pouvoir emmener leur petite fée avec elles. Et Bibi accepta même de les accompagner.

    Une fois la lune souriante, elles enfourchèrent leur ballet et s’envolèrent dans le monde des sorcières, en direction du palais de Sa Majesté. Elles s’aperçurent alors avec horreur que Sa Majesté disait vraie, et que ce monde était peuplé de nuages noirs.

    - Nous vous attendions, s’exclama alors Camille lorsqu’elles arrivèrent aux portes du château.

    - Bonjour Camille !

    - Suivez-moi.

    Camille les emmena jusqu’à Sa Majesté, qui paraissait plutôt inquiète.

    - Bonjour Votre Majesté !

    - Bonjour mesdemoiselles. Vous n’avez pas rencontré de problème particulier en venant jusqu’ici ?

    - Le voyage s’est très bien passé.

    Sa Majesté prit un air de soulagement. Visiblement, elle était vraiment très inquiète pour les filles.

    - Votre Majesté, comment se fait-il qu’il y ait autant de nuages noirs dans le monde des sorcières ? demanda Dorémi. La dernière fois que nous sommes venues ici, nous n’en avions croisé que dans la forêt des sorts.

    - Ceci est de ma faute. Si j’avais renoncé à trouver le moyen de relier les deux mondes, nous n’aurions plus aucun nuage. La malédiction de Flora en était un avertissement.

    - Que va-t-il se passer lorsque nous aurons levé la malédiction ? demanda Émilie.

    - Nous ne pouvons le savoir. Néanmoins, nous n’avons pas d’autre choix. Nous finirons par trouver le moyen d’arrêter cette guerre.

    - C’est tout ce que nous souhaitons…

    - Votre Majesté, s’exclama Bibi, vous n’avez toujours aucune idée de la sorcière qui contrôle cette forêt ?

    - Malheureusement non. Cela reste toujours un mystère à résoudre.

    Ensemble, elles se rendirent ensuite au Jardin d’Enfants, où se trouvaient beaucoup de sorcières, mais aussi des sorciers. Beaucoup trop de monde étaient présent, songea Sophie. Flora risquait de partir à toutes jambes. Ce fut pour cette raison qu’elles se placèrent autour de Flora, pour ne pas qu’elle parte d’une façon ou d’une autre.

    - Oh non… oh non… oh non…

    Dorémi attrapa la main de Flora, Loulou lui attrapa l’autre.

    - Fait-nous confiance Flora. Fait-nous confiance.

    Elles devaient tirer Flora pour l’amener jusqu’au Jardin d’Enfants. Mais en arrivant, elle se recroquevilla sur elle-même, la tête dans ses bras. Et les filles savaient qu’aucune parole ne pourrait l’apaiser. Le seul moyen était de lui remémorer des souvenirs.

    Puis ses amies du Jardin d’Enfants s’avancèrent toutes vers Flora, et s’assirent autour d’elle. Roxane, née du croisement entre un calamar et une pieuvre, posa une de ses tentacules sur le bras de Flora.

    - Flora, tu te souviens de moi ? Je m’appelle Roxane, et je suis ton amie.

    Flora releva doucement la tête.

    - Mon amie ?

    - Oui, je suis ton amie. Toutes les personnes qui se trouvent avec moi sont tes amis.

    - Mais je ne vous connais pas…

    - Flora, tu étais notre protectrice ici. Quand Rapide-comme-l'éclair et Fend-la-bise nous embêtaient, c’était toi qui nous protégeait. C’était toi qui réparais les bêtises qu’elles faisaient. C’est toi aussi qui nous as sauvé d’une plante carnivore, tu te souviens ?

    - Non… J’ai pas fait ça…

    Fend-la-bise posa alors sa main sur Flora. C’était une jeune sorcière légèrement potelée avec de courts cheveux verts qu’elle arrivait à maintenir sur le dessus de sa tête en une petite couette bien touffue.

    - Si, tu as fait ça Flora.

    Rapide-comme-l’éclaire posa elle aussi sa main sur Flora. Plus fine que sa camarade sorcière, elle avait également les cheveux verts, mais plus pâle, qu’elle attachait de la même manière.

    - C’est grâce à toi si nos bêtises n’ont blessé personne.

    Toutes ses petites camarades du Jardin d’Enfants posèrent eux aussi leur main sur Flora.

    - Flora, tu es la plus gentille sorcière que l’on ait rencontrée. Tu es notre amie. Et personne ne te fera de mal.

    Un sorcier adulte, du nom d'Alexandre Jaune d’Œuf, s'avança vers Flora. Bien que sa taille soit relativement élevée, Alexandre était très mince. Ses longs cheveux violets et frisés formaient deux sortes de boucles des temps anciens sur le dessus de sa tête, laissant une longue tignasse bien touffue à l'arrière. Un de ses yeux violets, le droit, était caché par  un monocle rond et noir. Il avait également, comme les sorcières, des oreilles pointues ainsi qu'une très longue moustache étonnement fine. Entièrement vêtu d'un haut, d'un bas, et de chaussures noirs, il portait un col et des gants blancs, ainsi qu'une cape noire à l'extérieur et rouge à l'intérieur. Il portait également une ceinture blanche et jaune autour de la taille, un pendentif en forme de cœur rose autour du coup, et tenait un grand bâton gris dont l'un des côtés touchaient le sol et l'autre comportant une grosse boule jaune tenu dans sa main.

    - Tu ne te souviens pas de moi Flora ? Pourtant, je t'ai très souvent côtoyé. Au début, quand tu n'étais qu'un petit bébé, je pensais que mon roi m'avait ordonné de t'enlever pour t'emmener dans mon monde. Je pensais qu'il souhaitait avoir une monnaie d'échange pour reconquérir nos terres perdues au profit de ton monde. Mais ce n'était absolument pas pour cette raison qu'il avait besoin de toi. Il voulait simplement que tu utilises tes pouvoirs impressionnants pour lui rendre son apparence normale. Après ça, je suis venu travailler au Jardin d'Enfants, et nous avons passé de bons moments tous ensemble.

    - Flora, tous ce que te disent ces personnes est la vérité, lui dit Bibi. Tu as vraiment vécu tout ça Flora. Tu es une grande sorcière.

    Sa Majesté s’avança.

    - Elles ont raison, Flora. Même si ton jeune âge fait que tu ne peux pas gouverner, il n’en reste pas moins que tu es la reine du monde des sorcières.

    - Je ne suis qu’une simple sorcière…

    Sa Majesté tendit son bras vers Flora.

    - Votre Majesté, vous ne pouvez pas faire ça ! s’exclama Camille. Vous risquez de vous affaiblir !

    À l’extrémité de sa main partit un cercle lumineux. Les filles comprirent tout de suite qu’elle était l’intention de Sa Majesté. Et elles avaient bien l’intention de l’aider, et surtout, de faire en sorte qu’elle ne s’affaiblisse pas trop.

    - Pirikala Paporina Pékélatou Pépélato !

    - Pilipili Poupaloura Poupalou !

    - Pamékilak Larilori Palou !

    - Pouloulou Prune Fami Famifa !

    - Paparona Palouta Palali Papone !

    - Pépito Purito Pépérouto !

    - Cercle magique !

    - Que Flora retrouve ses souvenirs passés !

    Leur cercle magique fonctionna et fusionna avec celui de Sa Majesté. Et ce sortilège arriva jusqu’à Flora.

    - Ne t’inquiète pas Camille. Nos jeunes apprenties sorcières sont intervenues au bon moment.

    Le sort de Sa Majesté avait fonctionné. Grâce à ses amies, qui avaient toujours leur main sur elle, Flora revoyait tous ses moments passés en leur présence dans ce Jardin d’Enfants. Mais ce n’était pas tout, elle parvenait à se souvenir de toutes les sorcières, de tous les sorciers qu’elle avait autrefois rencontré. Le pouvoir de toutes ces sorcières réunis autour d’elle lui avait donné la force suffisante pour se rappeler de tout. Et c’était ce qu’espérait Sa Majesté.

    - J’ai vécu beaucoup d’aventures alors, s’exclama soudain Flora.

    Mais ses souvenirs lui étaient revenus en grande quantité. Tellement, qu’elle se sentit très fatiguée. Tellement qu’elle tomba à la renverse et sombra dans l’inconscience.

    - Flora !

    Ses mamans l’avaient rattrapé.

    - Flora ça ne va pas ? Flora réveille-toi !

    - Ne vous inquiétez pas pour elle, s’exclama Sa Majesté. Cette situation était prévisible. Elle a juste besoin de repos.

    La reine du monde des sorcières s’avança vers les filles.

    - Mesdemoiselles, je vous félicite. Vous avez réussi à lever la malédiction de l’inconnu. Grâce à vous, Flora est guérit. Merci infiniment.

    Seulement, la personne contrôlant cette forêt des sorts n’était pas prête de laisser passer cette guérison…

     

    Épisode 19: Sophie l'aventurière

    Épisode 21: Flora est de nouveau elle-même


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique