• Épisode 23 :
    La révélation

     

                Dorémi était seule dans sa chambre, allongée dans son lit. Elle avait terminé ses devoirs à la boutique avec ses amies, même si cela leur pris plus de temps que prévu. L’inquiétude était telle qu’elle était constamment dans ses pensées. Même l’idée de manger un bon gros steak ne la réjouissait pas. Ce qui préoccupait ses parents.

    Puis des coups furent frappés sur sa porte.

    - Dorémi ? C’est moi, Bibi. Je peux entrer ?

    Bibi était aussi inquiète que sa sœur. D’ailleurs, elle n’avait jamais demandé la permission à Dorémi pour rentrer dans sa chambre, ce fut une première.

    - Oui, bien sûr.

    Bibi entra et referma la porte de sa sœur en tournant la clef dans la serrure.

    - Des nouvelles du monde des sorcières ?

    Dorémi lui répondit négativement de la tête.

    - Dorémi ?

    - Oui ?

    - Le monde de la magie est en train de disparaître, n’est-ce pas ?

    Dorémi se redressa, et regarda sa petite sœur.

    - L’ensemble des sorcières qui souhaitent que les humains côtoient les sorcières sombrent dans le sommeil. Mais le monde de la magie n’est pas en train de disparaître Bibi. Ce n’est pas l’objectif…

    - Dorémi… Je ne veux pas qu’il vous arrive quelque chose…

    - Maggie-Grigri veille sur nous Bibi. Et puis, nous sommes des apprenties sorcières.

    - Je sais. Mais si Sa Majesté n’a pas réussi à lui résister, comment vous allez faire ?

    - Vient avec moi.

    Dorémi activa sa console magique et enfila son costume, suivit de près par Bibi :

    - Pirouli piroula et voilà !

    Elles enfourchèrent leur ballet et s’envolèrent au-dessus de Misora.

    - Bibi, même s’il devait nous arriver quelque chose, surtout n’essaye pas de nous retrouver ou de nous aider.

    - Quoi ! Non, Dorémi, je ne peux pas accepter ça !

    - Bibi, si la personne qui contrôle cette forêt des sorts ne s’en prend pas à toi, c’est parce que tu es constamment entouré d’humains. Tu ne t’en rends peut-être pas compte mais tes amis te sauvent la vie quotidiennement. Si avec Émilie, Sophie, Loulou et Mindy, nous sommes en danger, c’est parce que nous sommes les mamans de Flora et que notre rôle est de la protéger. Notre rôle est de faire en sorte que rien ne lui arrive.

    - Mais moi aussi, je veux la protéger ! Je ne suis peut-être pas sa maman, mais je suis sa grande sœur…

    - Bibi, Flora en a conscience. Et le fait de ne pas te mettre en danger en restant avec nous lui apporte un gros avantage.

    - Comment ça ?

    - Si cette forêt ne s’en prend pas à toi, alors il restera toujours une apprentie sorcière dans cette ville prête à veiller sur les habitants. Et même si Flora n’a pas encore tout à fait quatre ans, elle est suffisamment mature pour le comprendre et compter sur toi pour réaliser cette tâche.

    - Mais… Dorémi…

    - Bibi, si jamais nous devions disparaître, je compte sur toi pour prendre soin des parents. Prends soin d’eux, et ne retourne pas dans le monde des sorcières.

    Bibi se mit alors à pleurer. Puis, sans prévenir, elle sauta de son ballet pour atterrir au cou de sa sœur qui l’a rattrapa de justesse.

    - Dorémi…

     

    Le lendemain, les filles se rendirent inquiètes en classe. Régulièrement, elles trouvèrent Lala, sous l’apparence du chat, cachée dans différents endroits de l’école. Maggie-Grigri n’était également pas très loin des filles, prête à intervenir en cas de problème.

    Ce fut sans embarras qu’elles retournèrent au Maho-dou après les cours. Alors qu’elles préparaient des petits biscuits en attendant Bibi et mademoiselle Kiki, un client entra dans la boutique.

    - J’y vais, s’exclama Sophie.

    Sophie se rendit donc dans la pièce principale de la boutique pour accueil le client qui venait d’arriver. Seulement, quelques secondes plus tard :

    - AHHHHH ! Mais qu’est-ce que c’est que ça ? s’écria-t-elle, horrifiée.

    - Sophie !

    Les filles la rejoignirent le plus vite possible. Mais quand elles arrivèrent au côté de leur amie, elles comprirent pourquoi Sophie été devenue soudain apeurée. Car devant elles se trouvaient une créature terrifiante. Cette créature ressemblait vaguement à un humain, un humain possédant de multiples malformations. Car cette chose n’avait pas de visage : pas de bouche, pas de nez, pas d’œil, pas d’oreille. Ses bras et ses jambes étaient extrêmement fins, formant une sorte de ressort. Ses cheveux, noirs entourés de violets, paraissaient voler seuls sur sa tête. Cet être n’était visiblement pas stable, et oscillait sur lui-même.

    Quelle était cette chose ? Les filles n'en avaient pas la moindre idée, ni même Maggie-Grigri et Lala. Jamais elles n'avaient rencontré de créature dans le même genre. Quand soudain, une fissure, partant de la tête en descendant jusqu’au bas du corps de cet être, se dessina. Une fissure qui s’élargissait de plus en plus, laissant voir un espace entièrement noir.

    Maggie-Grigri se plaça alors devant les filles et utilisa sa magie pour faire disparaître cette chose mystérieuse et terrifiante. Malheureusement, le contraire se produisit. Une lumière aveuglante sortie de cette fissure. Une lumière qui les aspirait de plus en plus fort. Une lumière qui détruisait tout autour d’elles. Une lumière qui les plongea toutes dans le sommeil.

     

    Mademoiselle Kiki avait demandé à Bibi de l’attendre pour se rendre à la boutique, afin de s’assurer que rien ne lui arrive sur le chemin. Son professeur ayant besoin d’une petite heure pour terminer ce qu’elle avait à faire, Bibi l’attendit dans la salle réservée aux enseignants, afin d’éviter d’être remarquée par ses camarades. Elle en profita pour faire ses devoirs.

    - Tu es prête Bibi ? demanda alors mademoiselle Kiki en arrivant.

    - Oui.

    Toutes deux quittèrent alors l’école primaire de Misora pour se rendre dans la boutique de magie où sa sœur et ses amies devaient être arrivées depuis une petite demi-heure. Mais, en arrivant devant le Maho-dou, Bibi remarqua une étrange lumière qui venait de disparaître. Une lumière qui ne devait pas se trouver dans la boutique.

    - C’était quoi ça !

    Elle descendit en courant les marches de l'escalier, monta rapidement celles se trouvant devant l'entrée et ouvrit violemment la porte de la boutique. Mais ses jambes ne purent l’emmener plus loin. La boutique avait été retournée. Les tables étaient renversées, les étagères étaient tombées, toutes les pâtisseries étaient répandues sur le sol. Mademoiselle Kiki arriva derrière Bibi. Ce fut avec horreur qu’elle découvrit l’état de la boutique.

    Bibi retrouva soudainement l’usage de ses jambes, et entra dans le Maho-dou.

    - Dorémi ! Dorémi ! Dorémi, je t’en supplie, répond-moi !

    Elle arpenta toutes les pièces de la boutique, criant le nom de sa sœur et de ses amies.

    - Sophie ! Mindy ! Émilie ! Loulou ! Flora !

    Mais aucune réponse ne lui parvenait :

    - Bobosse ! Lala ! S’il vous plaît, répondez-moi ! Dorémi !

    Bibi finit par se prendre les pieds dans une table renversée, et tomba sur le sol. Pleurant, elle ne parvenait plus à se relever.

    - Dorémi… Dorémi… Dorémi…

    Mademoiselle Kiki releva alors son élève avant de la serrer contre elle :

    - On va les retrouver. On va les retrouver.

     

    - Dorémi… Dorémi, réveille-toi…

    Dorémi commença à ouvrir doucement les yeux. Elle parvenait encore difficilement à voir, mais elle put apercevoir Sa Majesté à ses côtés.

    - Mais qu’est-ce que…

    Elle repensa alors à ce qu’il venait de se passer. Elle se trouvait à la boutique de magie, avec ses amies. Un client est entré, Sophie est allée l’accueillir, et elle s’est mise à crier de peur. Un être étrange se tenait devant elles, avant qu’une fissure n’apparaisse sur son corps. Maggie-Grigri a tenté de les protéger mais une lumière est sortie de la fissure et les a aspirées. La seule chose qu’elles avaient tenté de faire avant de perdre connaissance, c’était de protéger Flora.

    - Flora !

    Dorémi se redressa brusquement.

    - Flora n’a rien Dorémi. Tes amies non plus.

    Dorémi regarda alors autour d’elle. Émilie, Sophie, Loulou, Mindy et Flora reprenaient doucement connaissance. Maggie-Grigri se trouvaient près d’elles, les rassurant comme le faisait Sa Majesté avec Dorémi. Camille était également présente et faisait de même. Ce fut alors avec surprise qu’elles constatèrent qu’elles tenaient leur petite boule où leur fée se cachait, dans leur main. Et à l’intérieur, elles constatèrent que leur fée s’y trouvait.

    Toutes se demandaient où elles étaient, et pourquoi elles étaient ici.

    - Votre Majesté… où sommes-nous ? demanda alors Flora.

    - Quelque part dans la forêt des sorts. Mais nous savons maintenant qui est la sorcière responsable de tout ceci.

    Toutes s’assirent autour de Sa Majesté, pressées d’entendre la suite.

    - Il y a environ soixante ans, une jeune sorcière s’est rendue dans le monde des humains, par curiosité. À l’époque, la malédiction des grenouilles avait déjà été jetée, et cette jeune sorcière était consciente des risques qu’elle encourait en se rendant dans le royaume des humains. Mais son désir de découvrir ce monde était telle qu’elle décida de s’y rendre, malgré ces risques. Malheureusement, elle fut rapidement démasquée par une petite humaine. Et elle se transforma en grenouille. Voulant à tout prit retrouver son apparence normale, elle fit de cette jeune humaine une apprentie sorcière.

    - Alors, il existait déjà des apprenties sorcières il y a soixante ans ?

    - Elles étaient peu nombreuses, mais il y en avait, leur répondit Camille.

    - Cette humaine, qui se prénommait Léonie, était prête à faire le maximum pour devenir une vraie sorcière. Ce fut avec succès qu’elle réussit les examens d’apprenties sorcières et qu’elle obtint sa fameuse boule de cristal, rendant ainsi l’apparence de sorcière à sa tutrice. Ce que ça tutrice ignorait, c’était que Léonie avait vécu une enfance très bouleversante.

    - Comment ça ? demanda Mindy.

    - Léonie est née à Hiroshima. Elle a vécu une enfance féerique entourée de sa famille et de ses amis. Malheureusement, alors qu’elle n’était âgée que de trois ans, la guerre a éclaté. Et six ans plus tard, un bombardement eut lieu à Hiroshima. Ce jour-là, malgré les alertes à la bombe, Léonie se rendait seule à son école. Mais un quart d’heure avant de parvenir jusqu’à l’établissement, une bombe explosa. Léonie survécu à cette catastrophe. Mais sa famille et ses amis eurent moins de chance qu’elle. Survivre après ce drame fut un enfer pour elle. Quelques années plus tard, elle démasqua une sorcière et devint donc apprentie sorcière. Ce fut à ce moment que sa haine contre les humains a commencé à grandir. Depuis le jour où elle a pu devenir une véritable sorcière, elle ne s’est plus jamais rendue dans le monde des humains.

    - Alors… Léonie refuse que les deux mondes se côtoie parce qu’elle refuse que d’autres sorcières connaissent le même sort qu’elle ?

    - C’est exact. Lorsque Sa Majesté l’ancienne reine a levé la malédiction des grenouilles, Léonie a commencé à cherche le moyen d’empêcher la réunification des deux mondes. Elle est parvenue à redonner vie à la forêt des sorts. Léonie est ensuite parvenue à créer des nuages noirs, plongeant dans le sommeil les sorcières qu’ils touchaient. Mais en apprenant que le Docteur Guéritout avait réussi à trouver le moyen de lever cette malédiction, elle a cherché un autre moyen de convaincre les sorcières de ne pas réunir le monde des humains avec le monde des sorcières.

    - Le fameux pollen, se souvint Émilie.

    - L’arbre qui le délivrait était impossible à retirer, et plongeait toutes les sorcières souhaitant que les deux mondes se côtoient dans le sommeil. De cette façon, moins de sorcières pouvaient vous protéger de Léonie. Et nous savions que vous étiez sa cible. J’ai alors demandé à toutes les sorcières encore éveillées de ne pas vous en parler, et de vous empêcher d’entrée dans le monde des sorcières. Seulement, en constatant que mon souhait de vous tenir éloigner du monde des sorcières fonctionnait, Léonie a alors créé une créature pour le moins étrange. En l’apercevant aux alentours de l’école, j’ai tout de suite compris que vous étiez sa cible. Mais ce que j’ignorais, c’était que cette créature s’activait lorsque nous tentions d’utiliser la magie contre elle.

    - Alors voilà pourquoi je n’ai pas réussi à la faire disparaître, s’exclama Maggie-Grigri. En utilisant la magie, je n’ai fait que l’activer en la poussant à nous aspirer.

    - J’en ai bien peur.

    - Mais qu’est-ce que nous faisons ici ? demanda Émilie.

    - Renoncez à réunir les deux mondes, s’exclama alors une voix. Renoncez à vouloir ouvrir la porte qui relie les deux mondes et vous pourrez sortir d’ici.

    Le visage de la sorcière apparut alors en haut de la cime d’un arbre. Les couleurs étaient très pâles, mais elles constatèrent très vite que cette sorcière avait les yeux d'un rouge profond, un visage très ferme, Ses cheveux paraissaient être marron clair, formant de longues mèches bien lisses finissant en pointe, lui arrivant apparemment plus bas encore que les épaules,

    - Non, s’il vous plaît, écoutez nous…

    - Je n’ai pas à écouter des petites humaines comme vous. Vous avez rendu l’apparence à votre tutrice mais vous avez refusé de devenir des sorcières. Alors vous n’avez rien à faire dans ce monde. Renoncez à venir dans le monde des sorcières. Laissez ce monde tranquille. Ne tentez plus de relier les deux mondes. Et seulement après ça, vous pourrez retourner auprès de vos parents.

    - Mais…

    Le visage de la sorcière disparut alors.

    - Vous ne devez pas l’écouter, leur dit alors Sa Majesté. Cette sorcière n’est pas méchante. Simplement, elle a vécu la guerre et en a gardé un très mauvais souvenir.

    - Mais on doit bien avoir un moyen de sortir d’ici ! s’exclama Maggie-Grigri.

    - Notre magie ne peut pas sortir de cet endroit, lui expliqua Camille.

    - Mais si on unit nos pouvoirs, peut-être que nous y arriverons, s’exclama Flora.

    - Oui, Flora a raison, on a peut-être une chance, lança Lala, entourée des petites fées des filles.

    Les filles s’apprêtèrent alors à activer leur console bijoux. Mais :

    - Eh bien, qu’est-ce qu’il vous arrive ? demanda Flora. Dépêchez-vous de mettre vos costumes, je veux sortir d’ici moi.

    - On a un problème Flora, s’exclamèrent les filles.

    - Mais quoi ?

    - Nos consoles magiques ont disparu.

     

    Épisode 22: Qu'est-il arrivé à Sa Majesté?

    Épisode 24: Le désespoir de Bibi


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique