• Épisode 9 :
    Ne pleure pas Émilie !

     

                Dorémi, Sophie et mademoiselle Coucou arrivèrent à la boutique magique suite à la magie des filles. Mais en arrivant, elles constatèrent un silence inquiétant qui y régnait. Quelque chose était arrivée à Maggie-Grigri et à Lala.

    - Maggie-Grigri ! cria Dorémi.

    - Lala ! cria Sophie.

    Mais aucune réponse de leur part. Ne les trouvant pas au rez-de-chaussée, elles montèrent à l’étage. Arrivée au milieu des escaliers, Dorémi aperçu alors une silhouette. La silhouette d’une personne.

    - Maggie !

    Les deux filles terminèrent de monter les escaliers. Mais en arrivant, elles restèrent comme figées sur place. Cette silhouette était bien celle de Maggie-Grigri. Mais elle ressemblait à une véritable statue en pierre. Et autour d’elle flottaient une dizaine de nuages noirs et violets.

    - Oh non !

    - Mais qu’est-ce qu’ils lui ont fait !

    - Maggie, je t’en supplie, répond-nous !

    Les filles ne pouvaient pas approcher Maggie-Grigri qui était entourée par les nuages. Même avec l’aide de leur pouvoir, elles ne pouvaient pas lutter contre eux.

    - Ne bougez pas, s’exclama Sa Majesté.

    Elle s’avança vers les nuages. Arrivée vers l’un d’eux, elle plaça ses mains à chaque extrémité, exactement comme l’avait fait Camille juste après avoir sauvé Mindy. Et le nuage disparut petit à petit. Mais pendant que mademoiselle Coucou s’occupait des autres cumulus, Dorémi et Sophie refusaient de rester les bras croisés.

    - Sophie, on doit libérer Maggie-Grigri, s’exclama Dorémi.

    - Tu crois que notre magie sera suffisamment puissante en ne s’en servant qu’à deux ?

    - On ne peut pas savoir tant qu’on n’a pas essayé.

    Les filles, leur baguette à la main, se mirent l’une en fasse de l’autre, sans pour autant s’approcher des nuages que détruisait toujours leur infirmière.

    - Pirikala Paporina Pékélatou Pépélato !

    - Pamékilak Larilori Palou !

    - Libère Maggie-Grigri de son maléfice !

    Leur sortilège se forma. Puis s’arrêta. Maggie-Grigri avait été libéré de sa prison de pierre. Seulement, elle était toujours inconsciente et ne tenait pas debout. Les deux filles se lancèrent alors pour la rattraper et amortir sa chute, sans pensée aux nuages toujours présents.

    - Vos pouvoirs ne sont pas suffisant pour la réveiller, leur expliqua mademoiselle Coucou.

    Elle fit disparaître le dernier nuage, puis se tourna vers les filles.

    - Mais le Docteur Guéritout en est capable. Retrouvez Émilie, Flora et Lala. Je me charge de Maggie-Grigri.

    - D’accord.

    Dorémi et Sophie sortirent de la boutique et enfourchèrent leur ballet.

    - Comment on va les retrouver ? demanda Sophie.

    - Émilie m’avait dit qu’elle était au parc avec Flora. Avec un peu de chance, elles y sont toujours. Nous retrouverons Lala après.

    Les deux filles prirent donc la direction du parc. Mais en arrivant, elles ne trouvèrent personne. Le parc était désespérément vide. Aucun enfant. Aucune trace d’Émilie et Flora. Et encore moins de Lala.

    - Mais où est-ce qu’elles ont bien pu passer ? commença à s’inquiéter Sophie.

    Une pensée traversa alors la tête de Dorémi. Il y a à peine quelques semaines, Dorémi avait retrouvé Maggie-Grigri et Flora dans une rue non loin d’ici. Et on lui avait demandé de partir de cet endroit avec Flora et de se cacher. À ce moment-là, elle ignorait où elle allait. Et ses jambes l’avaient conduite jusque dans ce parc. Elles s’étaient réfugiées dans l’un des dômes de l’air de jeux du parc. C’était ici qu’elle s’était alors sentit en sécurité, qu’elle s’était réfugiée bons nombres de fois depuis qu’elle était petite. Et il en était de même pour Émilie.

    Dorémi tourna son ballet et descendit vers le dôme :

    - Dorémi, mais où est-ce que tu vas ?

    Sophie atterrit alors à ses côtés. Et toutes deux s’avancèrent vers la structure. Émilie s’y trouvait, avec Flora. Dorémi et Sophie passèrent par l’un des trous du dôme et s’assirent en face d’elles. Lala sortit alors de derrière Flora. Mais un silence s’abattit. Un silence qui fut ensuite rompu par Dorémi :

    - Sa Majesté a éliminé tous les nuages. Et elle s’occupe de faire venir le Docteur Guéritout pour aider Maggie-Grigri à sortir de son sommeil. C’est terminé maintenant.

    - J’étais sûre que tu avais oublié d’éteindre ton téléphone, lui dit Émilie. Et c’est une chance. Grâce à toi, nous avons pu prévenir Sa Majesté à temps.

    - Nous étions avec mademoiselle Coucou quand tu m’as prévenu de l’apparition des nuages. Elle s’est mutée dans le collège de Misora pour veiller sur nous.

    - Mais dit moi Émilie, comment se fait-il que tu sois passée à la boutique pendant la pose déjeunée ? lui demanda Sophie. Je ne savais pas que tu étais autorisée à partir.

    Émilie ne répondit pas tout de suite. Elle paraissait gênée, triste.

    - J’ai demandé à Mimi de prendre ma place.

    - Mais pourquoi ?

    - Parce que…

    Des larmes se mirent alors à couler sur ses joues.

    - Oh Émilie… mais qu’est-ce qu’il t’arrive ?

    - Parce que je ne veux plus retourner dans cette école ! Je ne veux plus aller en cours ! Je ne veux plus étudier la musique ! Je ne veux plus y retourner !

    Dorémi, Sophie, Lala, et même la petite Flora, restèrent stupéfaite par la réaction d’Émilie. Jamais Émilie n’avait craqué de cette manière. Elle a toujours été une élève brillante, motivée, qui adorait aller à l’école. Elles ne comprirent pas pourquoi Émilie refusait soudainement d’y retourner.

    - Oh non, Émilie, je t’en prie, ne pleure pas…

    - Explique-nous, tenta Sophie. Explique-nous pourquoi tu n’as plus envie d’y aller.

    Elle essuya ses larmes d’un revers de manche.

    - La musique a toujours été une passion. Seulement, je me rends compte maintenant que je suis peut-être un peu trop jeune pour commencer à l’étudier dans les moindres détails. Les cours me plaisent, et je m’en sors plutôt bien. Mais… j’aimerais pouvoir vivre une adolescence normale, comme vous. Et aujourd’hui… aujourd’hui, je suis contrainte d’envoyer Mimi en cours à ma place pour me couvrir.

    - Émilie, tu rêvais de devenir une grande violoniste pourtant, intervint Lala.

    - C’est vrai, mais je ne pensais pas que les études seraient aussi dures à supporter. Je veux aller au collège de Misora. Je veux étudier dans cet établissement. Je quitterais l’école de musique.

    - Émilie, je pense que tu devrais d’abord en discuter avec tes parents… commença Dorémi avant d’être interrompu par Émilie.

    - C’est à moi de prendre ce genre de décision. Ce n’est pas à mes parents…

    - D’accord, mais il s’agit d’une décision très importante Émilie, poursuivit Sophie. Il faut vraiment bien que tu y réfléchisses.

    - J’en suis consciente. Mais j’ai pris cette décision il y a déjà quelques semaines. Et je ne changerais pas d’avis. Seulement… mon problème est que je ne sais pas comment l’annoncer à mes parents… ma mère va être tellement déçue, triste… et… je ne sais pas si je vais réussir à le supporter…

    - Je suis certaine que tu sauras choisir ce qu’il y a de mieux pour toi, et que tu parviendras à trouver le moyen de parler à tes parents. Mais quoi qu’il en soit, sache que tu n’es pas seule, et que nous sommes toutes là pour toi, d’accord ? lui répondit Dorémi.

    - Merci beaucoup les filles.

    - Allez, retournons à la boutique prendre des nouvelles de Maggie-Grigri.

    Dorémi, Émilie, Sophie, Flora et Lala sortirent du dôme et prirent la direction de la boutique magique.

     

    Pendant ce temps, loin de Misora, Loulou était confrontée à un autre problème. Ses parents avaient appris qu’elle passait ses week-ends dans la boutique où elle travaillait avec ses amies, et non avec des amies de son école.

    - Mais maman, je ne t’ai jamais dit que je passais mes week-ends avec des filles de mon école !

    - C’est peut-être vrai, mais pour moi, tu étais avec tes camarades dans la ville. Et non à l’autre bout du monde !

    - Mes amies de Misora me manquent maman ! Voilà pourquoi je prends l’avions tous les week-ends pour les revoir.

    - C’est impossible Loulou, tu n’as pas pu prendre l’avion en si peu de temps.

    - Mais si, je t’assure ! Comment veux-tu que je me sois rendu à Misora sinon ? En me téléportant ? Tu connais beaucoup de personnes capables de le faire toi ?

    - Mais enfin Loulou, il faut plusieurs heures pour se rendre à Misora…

    - Et alors ? Je prends l’avion très tôt le samedi matin et je le reprends le dimanche en fin d’après-midi. Cela me laisse suffisamment le temps pour m’occuper de la boutique avec les filles.

    - Ma chérie, tes amies te manquent tant que ça ?

    - Mais évidemment qu’elles me manquent ! Je ne ferais pas les trajets tous les week-ends autrement !

    Sa maman resta alors discrète fasse à la réponse de sa fille. Elle avait poussé sa fille à faire une carrière d’actrice. Mais, peut-être que Loulou ne le souhaitait pas vraiment ? Peut-être avait-elle accepté simplement pour lui faire plaisir ?

    Loulou aperçu alors une silhouette humaine dans son jardin. Pourquoi quelqu’un aurait pénétré chez elle ? Intriguée, elle s’y rendit. Et lorsqu’elle arriva, une sorcière au cheveux brun légèrement grisés, formant deux mèches de chaque côté de son visage, s’y trouvait. Elle portait, au niveau du front, un collier où se trouvait une petite pierre violette en forme de goutte d’eau. Elle était vêtue d’une longue cape grise à capuche.

    - Roxane ! s’étonna Loulou. Mais que faites-vous ici ?

    - Sa Majesté m’a demandé de veiller sur toi discrètement. Mais aujourd’hui, tu vas devoir venir avec moi dans la boutique magique.

    - Il y a un problème ?

    - Maggie-Grigri a été victime des nuages noirs. Sa Majesté tient à vous voir de toute urgence et ne pouvant pas emmener Flora dans le monde des sorcières, elle sera présente dans la boutique de magie.

    - Loulou ? Qu’est-ce qu’il t’arrive ma chérie ? s’exclama sa maman.

    - Rien maman, tout va bien ! Je dois aller chez une amie, je reviens !

    - D’accord, mais ne rentre pas trop tard !

    - Oui d’accord !

    - Demande à tes pouvoirs de nous transporter dans la boutique, lui demanda Roxane.

    - Oui.

    Loulou frappa sur son bracelet et enfila donc son costume d’apprentie sorcière.

    - Pirouli piroula et voilà !

    Elle sortit ensuite sa baguette magique :

    - Pouloulou Prune Fami Famifa ! Transporte-nous de ce pas dans la boutique magique de Maggie-Grigri !

    Les deux sorcières disparurent alors du jardin de Loulou.

     

    À Misora, Dorémi, Émilie, Sophie, Flora et Lala étaient de retour dans la boutique magique. Mais il n’y avait plus personne.

    - Elles ont dû emmener Maggie-Grigri dans le monde des sorcières, s’exclama Lala. J’espère qu’elle va bien.

    - Ne vous inquiétez pas, elle va bien.

    Les filles, surprises, se retournèrent. Derrière elles se tenait Camille.

    - Camille ! Merci de nous avoir donné de ses nouvelles.

    - Sa Majesté m’a également chargé de vous demander de les attendre dans la boutique. Maggie-Grigri est actuellement en train de se reposer mais elle devrait rapidement pouvoir revenir avec vous.

    - C’est une excellente nouvelle.

    - Le traitement du Docteur Guéritout est très efficace, et surtout rapide. Il a permis de sauver beaucoup de sorcières ces derniers temps.

    - Tu veux dire que ces nuages s’en prennent également aux autres sorcières ?

    - Malheureusement oui. Personne n’est épargné. Toutes les sorcières fondent leur avenir sur celui de Sa Majesté et sur celui de Flora. Sa Majesté et Flora souhaitent rallier les deux mondes, chose que la personne qui contrôle la forêt des sorts refusent par-dessus tout. Ainsi, elle s’en prend aux sorcières afin de les opposés à Sa Majesté et à Flora.

    - C’est affreux ! s’exclamèrent Dorémi et Sophie.

    - Et… est-ce qu’elle a réussi à convaincre certaines sorcières ?

    - Fort heureusement, aucune sorcière n’est pour l’instant en opposition avec Sa Majesté. Mais les nuages se promènent dans le monde des sorcières quotidiennement. C’est d’ailleurs pour cette raison que Sa Majesté vous a demandé de ne pas emmener Flora là-bas, et d’éviter de vous y rendre également.

    - Si seulement nous pouvions trouver quelque chose pour se débarrasser de cette forêt des sorts pour de bon, s’exclama Sophie.

    Puis Loulou apparut dans la boutique, accompagnée de Roxane.

    - Salut les filles. Comment va Maggie ?

    - D’après Camille, elle va très bien…

    Seulement, Flora se mit à agripper fortement Émilie en se mettant à pleurer de terreur.

    - Oh non, Flora, je t’en prie…

    - Flora, tu connais la sorcière Roxane, tu t’en souviens ?

    - Elle ne te fera aucun mal.

    - Flora…

    Roxane s’approcha alors de Flora, qui se mit à paniquer encore davantage.

    - Flora, écoute ce que te disent tes mamans. Je ne te ferais aucun mal je te le promets. C’est grâce à toi si mes souvenirs de l’ancienne reine me sont revenus. C’est grâce à toi tout ça. Alors tu vois Flora, aucune sorcière ne te fera du mal.

    Mais elle tremblait toujours autant. Roxane, ne trouvant plus les bons mots pour l’apaiser, termina par poser sa main sur le front de Flora. Une lumière apparut au niveau du contact entre les deux sorcières. Au même moment, Sa Majesté apparut alors dans la boutique, accompagnée de Maggie-Grigri et du Docteur Guéritout. Roxane poursuivit.

    Le Docteur Guéritout était une charmante dame au visage extrêmement fermé et strict. Ses cheveux bruns, semblable à ceux de la Sorcière Roxane, étaient en partie cachés par un foulard rouge, comportant des étoiles jaunes, des croissants de lune d’un jaune presque blanc et des ronds verts, qu’elle portait en guise de chapeau. Ses yeux rouges étaient largement visibles malgré ses deux épaisses mèches descendant de part et d’autre de son visage, bien que celle de gauche soit légèrement plus petite que celle de droite, contrairement à ses oreilles pointues cachées par sa chevelure. Elle était vêtue d’une longue blouse blanche, avec une cape violette à l’intérieur et bleu marine à l’extérieur, ainsi que des gants de cette même couleur.

    - Tu te souviens Flora ? Ce jour-là, Dorémi et ses amies passaient leur dernier examen de pâtisserie qui portait sur la recette fantôme. Et tu es venue les encourager. Mais à la fin de l’examen, mes souvenirs ne revenaient pas, je ne pouvais pas donner de jugements. Je ne pouvais pas départager les filles de la Sorcière Vanille. Tu as alors volé jusqu’à moi en me posant ta main sur mon front. Et ton pouvoir m’a permis de me souvenir de cette mystérieuse recette. Grâce à toi, tous mes souvenirs sont revenus. Tu t’en souviens ?

    Roxane retira alors sa main. Miraculeusement, Flora avait cessé de paniquer. Elle avait cessé d’avoir peur. Elle avait cessé de pleurer.

    - J’ai fait ça moi ? interrogea alors Flora.

    Toutes furent alors surprises de la réaction de Flora. Avait-elle perdu tous ses souvenirs ?

    - Tu… tu ne t’en souvenais pas ? lui demanda Dorémi.

    - Bah non.

    - Alors, c’est pour ça que tu as peur de tout le monde et mêmes des personnes que tu as déjà rencontré, s’exclama Sophie.

    - Parce que tu ne t’en souviens pas, termina Loulou.

    - Alors, si nous voulons l’aider, nous devons lui faire retrouver la mémoire, en conclut Émilie.

    La Sorcière Vanille arriva alors dans la boutique. Dorémi appréhendait la réaction de Flora. Mais par miracle, elle resta très calme.

    Grande cuisinière, Sorcière Vanille avait une longue chevelure blonde et bouclée aux extrémités. Elle portait un grand chapeau, laissant dépasser une large mèche bouclée sur le devant de son visage, cachant une partie de ses yeux rouges. Tout comme les autres sorcières, elle portait un long costume entièrement noir, bien qu’il soit légèrement rosé. Une étoile violette ornait sa poitrine, et elle portait une écharpe rouge en dessous de son costume.

    - Sorcière Vanille, pourquoi n’as-tu pas emmené Mindy avec toi ? demanda Sa Majesté.

    - Je suis désolée Votre Majesté. Mais je n’ai pas réussi à trouver la petite Mindy.

    - Que dis-tu !

    Les filles restèrent bouche bée. Il était vrai qu’elles n’avaient pas eu de nouvelles de Mindy depuis le week-end. Mais elles ne s’attendaient pas à ça.

    - Mindy…

     

    Épisode 8: La garde rapprochée

    Épisode 10: Mindy, où es-tu?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique